Nordmag , votre magazine région Nord 

=> Nouveau site


 

 

 

Exposition internationale  Hardelot  Mai / Juin 2001 

 SCULPTURES de SABLE GEANTES

Quatre mille ans avant notre ère, les Égyptiens utilisaient déjà le sable dans la construction des leurs pyramides. Toutefois, la sculpture de sable en tant que forme artistique trouve son origine aux États-Unis. Au début du siècle passé, on y organisait déjà de nombreux concours et événements consacrés à la sculpture de sable le long des côtes de Floride et de Californie. On y expérimentait diverses sortes de sable et différentes techniques. De ce fait, outre la qualité de l'aspect artistique, l'on fut progressivement en mesure de construire des sculptures aux dimensions énormes. 
Il y a onze ans, Inaxi Holland  décidait d'introduire le phénomène de la sculpture de sable comme événement aux Pays-Bas, et donc en Europe par la même occasion...
A partir de jeudi 24 mai jusqu'au 1 juillet 2001 vous pouvez visiter l'Exposition Internationale de Sculptures de Sable Géantes à Hardelot  avec pour thème : Les Fables de La Fontaine...
Tous les jours de 10 h à 18 h. 
Tous les vendredis et samedis de 10 h à 22 h, 
les soirs les sculptures de sable sont illuminées.  
                                                     Photos : P.Chalmin
Les artistes en présence cette année sont :
Kate Robinson          Écosse     ;  Guy Beauregard        Canada      ;  Tan Joo Heng            Singapour 
Benjamin Probanza    Mexique  ;  Rusty Croft                États Unis  ;  Bill Dow                    États Unis 
Lars Borst                 Pays-Bas ;  Zhang Weikan           Chine         ;  Dan Doubleday         États Unis 
Bruno MacDonald     Danemark 

Le Palmarés...:  1er    " Le coche et la mouche de Dan Doubleday USA
                         2ème : " Conseil tenu par les rats et des belettes " de Bill Dow USA
                         3ème : " La grenouille...et le boeuf " de Lars Borst  Pays Bas
                         4ème : " L'âne portant des reliques " de Zhang Weikan Chine

Auteur : Lars Borst ( Pays Bas)

La Grenouille qui se veut faire aussi grosse que le Bœuf 

Une Grenouille vit un Bœuf 
Qui lui sembla de belle taille. 
Elle, qui n'était pas grosse en tout comme un oeuf, 
Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille, 
Pour égaler l'animal en grosseur, 
Disant : "Regardez bien, ma soeur ; 
Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ? 
- Nenni. 
- M'y voici donc ? 
- Point du tout. - M'y voilà ? 
- Vous n'en approchez point. "
La chétive pécore 
S'enfla si bien qu'elle creva. 
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages : 
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs, 
Tout petit prince a des ambassadeurs, 
Tout marquis veut avoir des pages. 
Le petit Poisson et le Pêcheur

Petit poisson deviendra grand, 
Pourvu que Dieu lui prête vie. 
Mais le lâcher en attendant, 
Je tiens pour moi que c'est folie ; 
Car de le rattraper il n'est pas trop certain. 
Un Carpeau qui n'était encore que fretin 
Fut pris par un Pêcheur au bord d'une rivière. 
Tout fait nombre, dit l'homme en voyant son butin ; 
Voilà commencement de chère et de festin : 
Mettons-le en notre gibecière. 
Le pauvre Carpillon lui dit en sa manière : 
Que ferez-vous de moi ? je ne saurais fournir 
Au plus qu'une demi-bouchée ; 
Laissez-moi Carpe devenir : 
Je serai par vous repêchée. 
Quelque gros Partisan m'achètera bien cher, 
Au lieu qu'il vous en faut chercher 
Peut-être encor cent de ma taille 
Pour faire un plat. Quel plat ? croyez-moi ; rien qui vaille. 
- Rien qui vaille ? Eh bien soit, repartit le Pêcheur 
Poisson, mon bel ami, qui faites le Prêcheur, 
Vous irez dans la poêle ; et vous avez beau dire, 
Dès ce soir on vous fera frire. 


Un tien vaut, ce dit-on, mieux que deux tu l'auras. L'un est sûr, l'autre ne l'est pas. 

Auteur : Kate Robinson ( Écosse)

 

auteur : Bill Dow  ( U.S.A.)

Conseil tenu par les Rats

Un Chat, nommé Rodilardus 
Faisait des Rats telle déconfiture 
Que l'on n'en voyait presque plus, 
Tant il en avait mis dedans la sépulture. 
Le peu qu'il en restait, n'osant quitter son trou, 
Ne trouvait à manger que le quart de son sou, 
Et Rodilard passait, chez la gent misérable, 
Non pour un Chat, mais pour un Diable. 
Or un jour qu'au haut et au loin 
Le galant alla chercher femme, 
Pendant tout le sabbat qu'il fit avec sa Dame, 
Le demeurant des Rats tint chapitre en un coin 
Sur la nécessité présente. 
Dès l'abord, leur Doyen, personne fort prudente, 
Opina qu'il fallait, et plus tôt que plus tard, 
Attacher un grelot au cou de Rodilard ; 
Qu'ainsi, quand il irait en guerre, 
De sa marche avertis, ils s'enfuiraient en terre ; 
Qu'il n'y savait que ce moyen. 
Chacun fut de l'avis de Monsieur le Doyen, 
Chose ne leur parut à tous plus salutaire. 
La difficulté fut d'attacher le grelot. 
L'un dit : "Je n'y vas point, je ne suis pas si sot"; 
L'autre : "Je ne saurais."Si bien que sans rien faire 
On se quitta. 
J'ai maints Chapitres vus, 
Qui pour néant se sont ainsi tenus ; 
Chapitres, non de Rats, mais Chapitres de Moines, 
Voire chapitres de Chanoines. 
Ne faut-il que délibérer, 
La Cour en Conseillers foisonne ; 
Est-il besoin d'exécuter, 
L'on ne rencontre plus personne. 

Le Lion et le Rat

Il faut, autant qu'on peut, obliger tout le monde : 
On a souvent besoin d'un plus petit que soi. 
De cette vérité deux Fables feront foi, 
Tant la chose en preuves abonde. 
Entre les pattes d'un Lion 
Un Rat sortit de terre assez à l'étourdie. 
Le Roi des animaux, en cette occasion, 
Montra ce qu'il était, et lui donna la vie. 
Ce bienfait ne fut pas perdu. 
Quelqu'un aurait-il jamais cru 
Qu'un Lion d'un Rat eût affaire ? 
Cependant il advint qu'au sortir des forêts 
Ce Lion fut pris dans des rets, 
Dont ses rugissements ne le purent défaire. 
Sire Rat accourut, et fit tant par ses dents 
Qu'une maille rongée emporta tout l'ouvrage. 
Patience et longueur de temps 
Font plus que force ni que rage. 


Auteur : Guy Beauregard ( Canada)


auteur : Benjamin Probanza ( Mexique)

Le Corbeau et le Renard

Maître Corbeau, sur un arbre perché, 
Tenait en son bec un fromage. 
Maître Renard, par l'odeur alléché, 
Lui tint à peu près ce langage : 
"Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau. 
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau ! 
Sans mentir, si votre ramage 
Se rapporte à votre plumage, 
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. " 
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ; 
Et pour montrer sa belle voix, 
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie. 
Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur, 
Apprenez que tout flatteur 
Vit aux dépens de celui qui l'écoute : 

Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. " 
Le Corbeau, honteux et confus, 
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus. 
 

Le Lion et le Rat

Auteur : Guy Beauregard ( Canada)

Grande sculpture de démonstration : " Jean de La Fontaine et son Siècle "

Auteurs : Marjon Katerberg ( Pays Bas)... Thomas Koet ( Pays Bas)... Corentin Pasquier ( France)...
Jeroen van de Vlag ( Pays Bas)... Jill Smith ( USA)... Nicolas Michel ( France)... Dave Willé (Pays Bas)

And the winner is ....     Dan Doubleday ( U.S.A ) pour " Le coche et la Mouche " ...

               

Le Coche et la Mouche

Dans un chemin montant, sablonneux, malaisé, La Mouche du Coche
Et de tous les côtés au Soleil exposé, 
Six forts chevaux tiraient un Coche. 
Femmes, Moine, vieillards, tout était descendu. 
L'attelage suait, soufflait, était rendu. 
Une Mouche survient, et des chevaux s'approche ; 
Prétend les animer par son bourdonnement ; 
Pique l'un, pique l'autre, et pense à tout moment 
Qu'elle fait aller la machine, 
S'assied sur le timon, sur le nez du Cocher ; 
Aussitôt que le char chemine, 
Et qu'elle voit les gens marcher, 
Elle s'en attribue uniquement la gloire ; 
Va, vient, fait l'empressée ; il semble que ce soit 
Un Sergent de bataille allant en chaque endroit 
Faire avancer ses gens, et hâter la victoire. 
La Mouche en ce commun besoin 
Se plaint qu'elle agit seule, et qu'elle a tout le soin ; 
Qu'aucun n'aide aux chevaux à se tirer d'affaire. 
Le Moine disait son Bréviaire ; 
Il prenait bien son temps ! une femme chantait ; 
C'était bien de chansons qu'alors il s'agissait ! 
Dame Mouche s'en va chanter à leurs oreilles, 
Et fait cent sottises pareilles. 
Après bien du travail le Coche arrive au haut. 
Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt : 
J'ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine. 
Ca, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine. 

Ainsi certaines gens, faisant les empressés, 
S'introduisent dans les affaires : 
Ils font partout les nécessaires, 
Et, partout importuns, devraient être chassés.  
                        

=>  2001 : L'eau

=>  2002 : Jules Verne

=>  2003 : Astérix

>>   page Hardelot   

 

Accueil | Sommaire | Culture | Patrimoine | Histoire | Nature | Dossiers | Liens | Translate | Plan | Carte | Contact
Copyright © 2000-2016 Nordmag Tous droits réservés.