Du 15 octobre 2016 au 6 février 2017 :   Exposition Sacrebleu – Le bleu dans les arts du Moyen Âge à nos jours

Cet automne, le Musée des Beaux-Arts d’Arras se pare de bleu à l’occasion de sa nouvelle exposition temporaire. Azur, outremer, indigo, cobalt, turquoise, lapis-lazuli … il s’agit d’un voyage dans l’art occidental du Moyen Âge à nos jours qui est proposé sur plus de 600 m². Cette approche de la couleur, thème central dans l’histoire de l’art, fait dialoguer les époques de manière transversale et ludique avec des oeuvres de natures diverses (peintures, dessins, manuscrits, objets d’art, sculptures).

Par cette exposition, le musée met ainsi à l’honneur ses collections, notamment les peintures religieuses des XVIIe et XVIIIe siècles, la porcelaine dite « Bleu d’Arras » ou encore les paysages des peintres des écoles régionales d’Arras ou de la Côte d’Opale. Pour compléter cet ensemble arrageois, plus de 70 œuvres de 27 prêteurs sont invitées dans cet hymne au bleu.

Azur, outremer, indigo, cobalt, turquoise, lapis-lazuli… C’est un voyage dans l’histoire de la couleur bleue à travers les arts du Moyen Âge à nos jours, qui est proposée dans l’exposition Sacrebleu.

Le musée met à l’honneur ses collections, notamment les peintures religieuses des XVIIe et XVIIIe siècles, la porcelaine dite « Bleu d’Arras » ou encore les paysages des peintres des écoles régionales d’Arras (Gustave Colin) ou de la Côte d’Opale (Virginie Demont-Breton). Six toiles, aujourd’hui en réserves, sont d’ailleurs spécialement restaurées et présentées dans l’exposition.
Complétant cet ensemble arrageois, plus de 70 oeuvres provenant de 27 prêteurs – dont les plus grands musées nationaux comme le Louvre, le musée d’Orsay ou celui du Moyen Âge de Cluny – sont exceptionnellement rassemblées à cette occasion. Parmi elles se trouvent des oeuvres de Jean Penicaud, Nicolas de Largillière, Alfred Sisley, Henri Matisse, Yves Klein, Jan Fabre, des artistes de renom invités dans cet hymne au bleu.

 

L’exposition Sacrebleu est aussi l’occasion d’explorer les techniques et les matériaux inédits mis au point par les artistes pour « créer en bleu » : l’émail champlevé et peint, le pastel, les plumes d’oiseaux, les gouaches découpées, le monochrome, la cyanotypie, le néon, le Bic bleu… Certains artistes inventent même leur propre couleur, comme Yves Klein qui fait breveter un bleu caractéristique sous le nom d’IKB ou International Klein Blue.

L’exposition propose un parcours en trois étapes : une approche historique et technique présente les matériaux à l’origine du bleu, leur provenance et les techniques de transformation et d’utilisation. À partir du bleu de cobalt, le « Bleu d’Arras » est ainsi mis en regard de la porcelaine asiatique, des réalisations des grandes manufactures du XVIIIe siècle comme Delft, Tournai ou Sèvres, mais également de productions plus contemporaines d’artistes tels qu’Arman, César, Pierre Alechinsky, François Morellet ou encore Wim Delvoye.

Ensuite, le bleu est traité dans son aspect historique et symbolique, en tant que construction culturelle, fait de société. Largement diffusé à partir du XIIe siècle comme symbole du divin, dans les vitraux, l’enluminure, les émaux ou la peinture, on voit le Christ ou la Vierge vêtus du manteau bleu. Puis il devient la couleur des rois de France, et finit par être intégré dans le drapeau tricolore à la Révolution. A la fin du XIXe siècle, son usage suggère même dans certaines oeuvres la mélancolie, comme en témoigne la musique blues notamment.

Enfin, le bleu s’affirme comme la couleur du rêve et de la poésie, celle de la marine, du paysage aux contours évanescents et de la perte des repères, à la frontière entre réalité et fiction. L’heure bleue désigne ainsi le passage furtif du jour à la nuit, une heure suspendue entre chien et loup. Dans les oeuvres abstraites et les peintures monochromes, les artistes figurent l’immatériel et l’infini afin de stimuler l’imagination et l’émotion du spectateur, qui s’immerge pleinement dans la matière.


A l’occasion de cette exposition, des médiations spécifiques s’adressent à tous les publics : livret de visite, visites guidées et ateliers de pratique artistique pour les enfants, partenariats avec des structures sociales et médicales. L’événement bénéficie également d’une programmation d’animations culturelles autour du bleu : conférences, lectures, concerts, spectacles et manifestations hors les murs avec des partenaires locaux.

Musée des beaux-arts d’Arras, 22 rue Paul Doumer Arras, 03 21 71 26 43
musee.arras@ville-arras
Facebook : mbaarras
Tarifs : 6€ / 3€ / gratuit -18 ans
Horaires : Lundi, mercredi, jeudi et vendredi, de 11h à 18h / samedi et dimanche, de 10 à 18h30.

Avec le soutien de la DRAC Nord-Pas de Calais, de la région Hauts-de-France et des Amis du musée.
Avec le mécénat de la société Ecobra et les partenariats d’Artis et de France Bleu.