Nordmag , votre magazine région Nord 

=> Nouveau site


 

 

 

Les Beffrois en Nord - Pas de Calais - Picardie

le vendredi 15 juillet 2005, à Durban (Afrique du Sud) ,  vingt-trois beffrois, situés dans le nord de la France, et le Beffroi de Gembloux, en Belgique, ont été inscrits par l' UNESCO, en tant que groupe et comme une extension des 30 beffrois belges inscrits en 1999 sous le nom de Beffrois de Flandre et de Wallonie. Construits entre le XIe et le XVIIe siècle, ils illustrent les styles architecturaux Roman, Gothique, Renaissance et Baroque. Ils constituent des symboles hautement significatifs de la conquête des libertés civiques. A une époque où la plupart des villes italiennes, allemandes et anglaises s’attachaient surtout à construire des hôtels de ville, dans une partie de l’Europe nord-occidentale (en France, en Belgique et aux Pays-Bas), l’accent était mis sur l’édification de beffrois. A l’origine, le beffroi était érigé comme signe d’autonomie communale obtenue par charte, et en tant que symbole même des libertés. Par opposition au donjon (symbole des seigneurs) et au clocher (symbole de l’Eglise), le beffroi, troisième tour du paysage urbain, représentait le pouvoir des échevins. Au fil des siècles, il est devenu le symbole de la puissance et de la prospérité des communes... http://whc.unesco.org/fr/actualites/135

Qu’est-ce qu'un beffroi ?
      Le terme beffroi a connu de nombreuses utilisations qui ont évolué au fil des siècles.
Dès le Moyen Age, il constitue une modeste construction en bois venant renforcer les remparts de fortune.
Progressivement, le beffroi devient la tour communale par excellence. A travers l’édification de celui-ci, la commune cherche à traduire la preuve matérielle de son pouvoir, de sa puissance et de son indépendance nouvellement acquise. 
Carillon du Beffroi de Béthune
Mais au-delà de son aspect symbolique, le beffroi a une utilité pratique et remplit diverses fonctions : tour de guet, salle des cloches, arsenal, corps de garde, lieu de réunion échevinale, prison, tribunal, archives…À cette époque, les villes voient le jour grâce aux marchands qui installent des entrepôts. Ceux-ci deviennent vite des lieux de foires permanents qu'il faut protéger contre les attaques des pillards. Là-haut, on place un guetteur chargé de surveiller les alentours et de donner l'alerte en cas de danger.
Son organisation est toujours similaire : la tour repose sur une cave surmontée d'une prison. À l'étage, une salle accueille les réunions du conseil municipal. De la bretèche, petit balcon placé sur la façade, se font les proclamations au peuple. Au-dessus, près de l'horloge est installée une loge pour le guetteur. C'est aussi dans le beffroi que sont conservées les richesses et l'artillerie communales. 
Le beffroi, est de toutes les fêtes. Pour les Nieulles à Armentières comme la fête des louches à Comines... Symbole de richesse, il porte le lion ou la girouette, le dragon ou la sirène Mélusine annonciatrice des dangers. C’est le symbole de toute la région. 


Pourquoi les beffrois au Patrimoine de l’Humanité ?
Par leur richesse architecturale et patrimoniale et par les symboles qu’ils véhiculent, les beffrois sont sans nul doute l’élément qui caractérise le mieux notre région. Détruits à l’occasion des guerres, ils ont été reconstruits souvent à l‘identique, traduisant ainsi l’attachement fort des habitants pour leur patrimoine. En plus de leur valeur artistique exceptionnelle, les beffrois sont les symboles du passage du féodalisme à une société urbaine marchande qui joua un rôle essentiel dans le développement de l'Europe à la fin du Moyen Âge.
En 1999, 32 beffrois belges ont été inscrits sur la liste du patrimoine de l’humanité. L’Unesco a souhaité étendre cette inscription aux beffrois du Nord de la France. (11 pour le Nord, 6 pour le Pas-de-Calais et 6 pour la Somme).
Ce sont ceux d’Aire-sur-la-Lys, d’Armentières, d’Amiens et d’Abbeville, d’Arras, de Bailleul, Bergues, Béthune, Boulogne, Calais, Cambrai, Comines, Douai, Doullens, Dunkerque (église et mairie), Gravelines, Hesdin, Lille (Hôtel de Ville), Loos, Lucheux, Rue, Saint-Riquier. 

Qu’est-ce que la Patrimoine mondial de l’UNESCO ?
Les sites culturels et naturels constituent un patrimoine commun dont nous devons prendre grand soin. Leur disparition serait une perte irréparable. Pourtant, la plupart sont menacés. Leur préservation nous concerne donc.
Tel est l’objet de la Convention concernant la protection du patrimoine mondial. Son but est de protéger les biens dont les valeurs exceptionnelles doivent être préservées pour l'humanité toute entière.
La réponse officielle relative au classement ne sera rendue qu’en juillet 2005 par le comité du patrimoine mondial qui se réunira à Durban (Afrique du Sud)..

Après 2004, année européenne de la culture pour Lille, mais aussi pour tout le Nord - Pas-de-Calais, 2005 s’inscrit dans un grand moment de reconnaissance de notre patrimoine régional...  

Une association a été créée en décembre2002, parrainée par l’historien Pierre Miquel, et un comité scientifique nommé afin de déterminer les beffrois à retenir. C’est Alain Lottin, l’un des plus éminents historiens de cette région, grand connaisseur de l’histoire des Pays-Bas franco-belges qui en a pris la tête. Des beffrois, il n’en manque pas dans la région, et pas seulement dans le Nord - Pas-de-Calais.  

Le choix s’est fait sur les seuls beffrois classés au titre des monuments historiques, situés sur une aire culturelle limitée, celle des anciens Pays-Bas du Moyen Âge limités par la Somme.
«Nous avons eu quelques appels du pied pour des tours de guet ou tours d’église. Les critères retenus par le comité scientifique nous ont aidés. Nous avons éliminé d’emblée les beffrois de chambres de commerce, comme celui de Lille qui est très beau. Mais on ne peut l’inclure dans un dossier de beffrois municipaux», explique F.-X. Muylaert.
«Les beffrois, ajoute Alain Lottin, c’est le symbole du pouvoir communal qui s’érige face à différents pouvoirs, le pouvoir seigneurial et celui de l’Église qui avaient leurs donjons. Le beffroi, au départ, ce sont des tours de guet qui assurent la surveillance et la sécurité de la ville… Aujourd’hui, c’est le symbole de l’identité urbaine. Il suffit de voir avec quel acharnement on les a reconstruits chaque fois qu’ils sont tombés et comment les villes récentes en ont bâti.» .


Rens :   Beffrois et Patrimoine   Hôtel de Ville  Place des Héros   62 000 ARRAS
Tel/fax: 03.21.50.24.60   Courriel: beffroisetpatrimoine@wanaoo.fr


 haut de page   


 

Nord-Pas de Calais
Aire sur 
la Lys

 

Grandiose et merveilleusement proportionné, l'Hôtel de Ville, est construit de 1717 à 1721 par Héroguelle, il rappelle l'architecture du siècle de Louis XIV. Ses onze fenêtres sont disposées de chaque côté d'un balcon en cul de lampe.
Entouré des statues de la justice et de la Force, le fronton représente les armes de la ville « Aigle becqué et onglé ».
Un peu en retrait, reconstruit après la guerre 1914/18 à la suite d'un incendie, le Beffroi haut de 45 m abrite un carillon d'où s'égrènent tous les quarts d'heure, des airs populaires...

Inscrit aux Monuments Historiques

 Visites: Office de Tourisme  Tél: 03.21.39.65.66

Aire-sur-la-Lys

Aire sur la Lys   le Beffroi

Armentières

Armentières le Beffroi

 

L'hôtel de Ville actuel fut inauguré lors des fêtes de la renaissance en juin 1934. Réalisé par Louis-Marie Cordonnier, cet édifice rappelle la sobriété des hôtels de villes flamands.
( inscrit à l’inventaire des monuments historiques) L'Hôtel de Ville possède de gigantesques vitraux représentant les principales activités de la ville. Son beffroi qui culmine à 67 m offre une vue panoramique sur Armentières et ses environs.
Chaque heure, son carillon fait résonner l'air de "La Madelon"
Inscrit aux Monuments Historiques

Visites : Office de Tourisme 
 33 rue de Lille 59280 ARMENTIÈRES 
Tél: 03 20 44 18 19

 

Armentières

 

Arras

Arras  le Beffroi
Arras

Le Beffroi et l'Hôtel de Ville

En 1463 la ville entreprend la construction du Beffroi qui à l'époque marquait les libertés communales et servait accessoirement de tour de guet en cas d'invasion ennemie. Il ne sera achevé qu'en 1554. En 1572 , le corps de logis gothique est complété par une aile de style renaissance, puis, à nouveau agrandi en 1658.
Ce monument s'inspire du style gothique et ressemble étrangement aux Beffrois flamands. Le beffroi fut en grande partie détruit pendant la 1ère guerre mondiale ( octobre 1914) et reconstruit de 1924 à 1932 .
Dans la région on attacha beaucoup d'importance à la reconstruction à l'identique qui nécessita de nombreux fonds. On utilisa donc les matériaux retrouvés sur le site. La rénovation de la pierre vient d'être achevée et se poursuit pour la façade de l'Hôtel de Ville . 
Au sommet : le lion d'Arras 
Hauteur : 75 mètres.

Inscrit aux Monuments Historiques

Visites tous les jours. Ascenseur
Office de Tourisme Tél: 03.21.51.26.95

Le 15 septembre 2015, le beffroi d’Arras est devenu  « Le Monument préféré des Français 2015 »,
dans l'émission de France 2 présentée par Stéphane Bern

Bailleul L'Hôtel de Ville. Inauguré en 1932, Louis Marie Cordonnier, dans un décor néo-flamand, donne vie à cet Hôtel de ville, d'une imposante stature, soucieux de renouer avec l'image régionale traditionnelle de l'hôtel de ville avec son beffroi, la bretèche, afin de faire de toute la ville un ensemble d'art flamand. Meneaux en pierre, encadrement à redent des lucarnes, bretèche plaquée au centre, sur un pignon à pans de moineaux sont autant d'éléments qui confèrent sa grande primauté à l'architecture locale. 

Le Beffroi, repose sur une salle magnifique de style gothique datant du XIII ème siècle et qui ne fut pas détruite ... par miracle  durant la première guerre. Cette salle abritait l'ancienne salle des gardes. Depuis le chemin de ronde : panorama sur la ville, les Monts de Flandre et la plaine alentours.  Carillon aux 35 cloches et aux quatre mélodies flamandes.
Inscrit aux Monuments Historiques

Visites de avril à septembre : Renseignements
OFFICE DU TOURISME DE BAILLEUL
3, Grand Place - BP 95 59270 - Bailleul
Tél. : 03 28 43 81 00 - 
tourisme@montsdeflandre.fr 

Bailleul  le Beffroi
Bailleul

Bergues

Bergues   le beffroi
Bergues

Le Beffroi:  Construction commencée au 14 ème, puis refait au 16 ème, il fut détruit en 1944. Reconstruit presque à l'identique en 1961, par Paul Gelis. Le carillon compte 50 cloches et au somment, domine le Lion des Flandres.
Dynamité par les Allemands lors de la débâcle de 1944, ce beffroi typiquement flamand fut reconstruit  avec la même silhouette mais un décor simplifié, entre mai 1958 et juillet 1961, sur les plans de l' architecte Paul Gelis  et les cloches furent restaurées.
Arrivé en haut de ses  191 marches, la petite Cité fortifiée par Vauban offre le spectacle du patrimoine flamand où le temps ne semble pas avoir d'emprise. Au premier plan, on aperçoit des constructions à la brique jaune et c'est ensuite le spectacle, à  proximité immédiate de Bergues, d'une Flandre authentique,  que sillonnent canaux et watergangs, et dont les chemins jalonnés de chapelles ou de petits ponts, conduisent encore parfois jusqu'à quelques moulins ou quelques tavernes…Vue imprenable.
..

Visites tous les jours sauf les dimanches d'hiver...
Horaires : Office de tourisme - 03.28.68.71.06

Béthune

Le Beffroi, typique du Nord de la France, a été érigé en 1346 ( en bois), près de la halle échevinale. Le Beffroi porte en lui un symbole: il illustre les libertés et franchises communales. Tout d'abord construit en bois, il fut détruit par un incendie et aussitôt reconstruit en 1388, en grès. En 1664 des échoppes viennent entourer le Beffroi et protègerons l'édifice lors des bombardements de 1918. Sa hauteur atteint donc 30 mètres (en haut du campanile de 17 m.: le clocher); il faut monter 144 marches pour atteindre le chemin de ronde. Au sommet de la flèche, domine le dragon, girouette dorée.

PREMIER ETAGE:  ou plus communément appelé "salle des échevins". Cette salle servait autrefois de lieu de réunion. Par le balcon en bois placé sur la façade ou bretèche les proclamations étaient annoncées de façon orale à l'ensemble de la population.
DEUXIEME ETAGE: Cette salle aurait vraisemblablement servi de logis du guetteur. Elle se dote de trois petites ouvertures correspondant respectivement à l'est, le sud et l'ouest.
TROISIEME ETAGE: Nous sommes à présent dans la salle du carillon de 35 cloches. Dès sa construction le Beffroi possédait d'une cloche afin de prévenir la population de l'arrivée de l'ennemi.
QUATRIEME ETAGE: Il s'agit ici de l'accès au chemin de ronde et à la salle de l'horloge. Du haut du  Beffroi on peut admirer le magnifique panorama que nous offre les collines de l'Artois.

Classé aux Monuments historiques (1862)
Visites à l'Office de Tourisme au rez-de-chaussée du  Beffroi     Tél.: 03.21.57.25.47

Béthune  le beffroi
Béthune

Boulogne 
sur mer

Boulogne sur mer    le beffroi

Le Beffroi:  accueille aujourd'hui un musée consacré aux statuettes gallo-romaines. Le beffroi représente le plus ancien monument de la ville haute: il est remarquable par son allure massive. Sans doute ancien donjon milieu 12e siècle, de la demeure des comtes de Boulogne. Étage supérieur du 13e siècle. Édifice réparé en 1576, 1578, 1689. Suite à un incendie en août 1712, l' architecte Etienne Martinet remplace la flèche par la tour octogonale terminée en 1734. L' architecte Drobecq dégage la base du beffroi durant les travaux d' agrandissement de l' hôtel de ville de 1930 à 1933

Visites du rez-de-chaussée . 
Office de Tourisme 03.21.10.88.10

Boulogne-sur-mer

Calais

Afin de symboliser le réunion des deux villes de Calais et de St Pierre en 1885, la construction d'un nouvel Hôtel de ville est décidée en 1910. L'architecte choisi est Louis Debrouwer, qui le construit de 1911 à 1923, dans un style Renaissance flamande avec un beffroi dont la flèche culmine à 75 m. A l'intérieur, de jolis vitraux.

Inscrit aux Monuments Historiques

Visite des salles de l'Hôtel de Ville mais pas du Beffroi.  
Office de Tourisme 03.21.96.62.40

Calais

Calais   le beffroi

Cambrai

Cambrai    le beffroi
Cambrai

Tour Saint-Martin dite aussi Beffroi d'une hauteur de 62 m.
En 1395, les bourgeois de Cambrai obtiennent de Wenceslas, roi des Romains, l’autorisation d’élever un beffroi et d’y placer une horloge. En 1510, l’Empereur Maximilien renouvela cette autorisation, au  temps de l’Evêque Jacques de Croy, et malgré l’opposition assez vive du Chapitre en 1515, le beffroi et l’horloge subsistèrent. Et ainsi, la grosse cloche de l’échevinage, qui résonne désormais à la volonté des échevins, du haut de leur beffroi, qui semble avoir été le clocher de  l’Eglise Saint-Martin au moins depuis le XV ème siècle, et peut annoncer les cérémonies  publiques, ou autres..
.

Inscrit aux Monuments Historiques (1965)

Pas de visites. OT 03.27.78.36.15

Comines

Après la guerre 1914-1918, la commune fait appel à l'architecte Louis Marie Cordonnier pour la reconstruction du beffroi et de l'hôtel de ville. L'hôtel de ville est inauguré en 1929, et le beffroi en 1932.On peut découvrir une remarquable série de vitraux qui rappelle à la fois les seigneurs successifs de la Ville par leurs armoiries, la création de la fête des Louches et une allusion au métier principal de Comines, la rubanerie.  Le beffroi, dont l'original datait de 1623, est reconstruit à l'identique, accolé d'un hôtel de ville de style néo-flamand en brique. Une galerie relie les deux bâtiments. Le beffroi est une tour quadrangulaire en brique soulignée de pierre de 9 mètres de côté et de 22 mètres de hauteur, avec un couvrement en forme de bulbe en ardoises supporté par une charpente en béton qui confère au bâtiment une caractéristique architecturale unique en son genre. . Hauteur : 58m.  Salle de réunion au premier étage 

Inscrit aux Monuments Historiques (2001)
pas de visite du Beffroi  
rens : Maison du Patrimoine Office de tourisme 
4/6 rue du Pont 59560 Comines 
Tél. : 03 20 14 21 51 tourisme@ville-comines.fr 

le Beffroi de Comines

Douai

Douai   le beffroi
Douai

Le Beffroi et l'Hôtel de ville
La construction du Beffroi de style gothique débuta vers 1380. A l'origine la fonction du Beffroi de Douai était d'abriter les cloches.
L'érection du Beffroi prendra plusieurs années: on ajoute deux étages et le troisième est prévu. Par la suite on voit apparaître les tourelles. Malheureusement la construction est ralentie à cause d'incendie (1471), alors il faut tout recommencer.
Le Lion des Flandres est ajouté au sommet en 1683 ( hauteur 54 m.)  . Le carillon est actuellement l'un des plus beaux de France. ( 62 cloches, 18 tonnes... bourdon de 5.500 kg)

Rez-de-chaussée:    pièce où se trouve le clavier d'étude du carillon.
Premier étage: plus couramment appelé "salle des gardes" contient une cheminée monumentale ornée de têtes sculptées.
Deuxième étage: se trouve l'ancienne horloge mécanique.
Troisième étage: ou la "chambre des cloches" on trouve la cabine du Maître-Carillonneur. ( 62 cloches )
Quatrième étage: de là on peut admirer le magnifique panorama sur la ville de Douai.et le bourdon " la Joyeuse " 

Inscrit aux Monuments Historiques (1862)

Visites tous les jours. Concerts le samedi matin  
Office de tourisme: 03 27 88 26 79

Dunkerque

Hôtel de Ville

Hôtel de Ville :  Les premières constructions dateraient des  14e / 15e siècle. Incendiée en 1558, restaurée en 1562. Incendié en 1642, une restauration radicale et mise au goût du jour en 1644 . En 1808, l' architecte Benjamin Dewarlez Lepers présente les plans d' une nouvelle façade, précédée d' un péristyle de 4 colonnes, exécutée en 1811-1812 par Fontaine et Vasseur, la tourelle est abattue en 1837. L' existence d' une chapelle est attestée au 19e siècle. Construction d' un nouvel hôtel de ville au même emplacement : devis et plans de l' architecte Louis-Marie Cordonnier en 1895, destruction de l' ancien hôtel de ville en 1896 et construction de 1897 à 1901 par l' entrepreneur lillois Emile Rouzé.   Réaménagement du grand escalier et des salles du 1er étage après 1920. Bombardement en 1940. Restauration  et  reconstruction des ailes latérales (rue Faulconnier, quai des Hollandais) , par l' architecte Louis Cordonnier, fils du précédent, de 1948 à 1957. Plaque commémorative de la construction et de la restauration. La façade porte la date 1900. Hauteur du Beffroi : 75 m.

Le Beffroi de l'Hôtel de Ville ne se visite pas  
Office de Tourisme 03.28.66.79.21

 

Dunkerque Beffroi de l'Hôtel de Ville
Dunkerque

Dunkerque

Saint-Eloi

Dunkerque Beffroi St Eloi
Dunkerque

Le BEFFROI : Construction de l' église de Saint-Eloi vers 1440-1450, par des maîtres d' oeuvre gantois sur le terrain de l' hospice Saint-Jean. Incendiée en 1558, il ne reste que la tour. Reconstruction de 1560 à 1585 : le sanctuaire est agrandi vers l' est, la nef principale surhaussée, les bas-côtés reconstruits avec des chapelles, mais l'ancienne tour demeure isolée par les ruines de l' église incendiée, et sert de clocher, de beffroi municipal, et d' amer. Restauration du beffroi en 1834 par Charles Henry, architecte communal, et Louis 
Cornemuse, entrepreneur. Il abrite un carillon 48 cloches, encore en service, dont le bourdon, appelé le "Jean Bart", pèse 7 tonnes. Au rez de chaussée se trouvent les bureaux d'accueil centre ville de l'Office de Tourisme de Dunkerque Dunes de Flandre. 
Prenez l'ascenseur et montez quelques marches pour découvrir une superbe vue du centre ville, du quartier balnéaire de Malo les Bains et l'espace portuaire 
Hauteur de 58 mètres.
Inscrit aux Monuments Historiques (1840)

Visites en semaine l'été; dimanche & jours fériés en juillet et août

Office de Tourisme 03.28.66.79.21

Gravelines

Gravelines   le Beffroi

A partir de  1821, reconstruction de la tour premier beffroi (de 1608). selon un plan de l' architecte dunkerquois Gravez.. Une pierre gravée à l' intérieur du rez-de-chaussée porte la date 1827 , inauguration, ainsi que la représentation d' une équerre. La corniche de la tour a été renouvelée en 1901 sur les plans de l' architecte J. Morel, de Dunkerque, la commune de Gravelines étant maître d' oeuvre 

Inscrit aux Monuments Historiques (1948)

Hauteur : 32 mètres .
Le beffroi ne se visite pas. 
Office de tourisme : 03 28 65 33 77.

Gravelines

Hesdin

L'Hôtel de ville: a été construit de 1563 à 1629 sur ordre de Philippe.   Situé au beau milieu de la place d'Armes, l'Hôtel de ville est coiffé d'un beffroi, restauré en 1875 par Clovis Nordmand. Massive et impressionnante, la bretèche (1629), autrefois un élément défensif d'où pouvait se faire les cris publics, est  ornée de têtes statues, armoiries. Le balcon porte les armes royales d'Espagne ainsi que les  écus d'Hesdin et d'Artois & au  Fronton, les armes de France couronnées à la Royale. L'ensemble est de style Renaissance

Epoques de construction : Hôtel de Ville : 2e moitié 16e siècle ; Bretèche : 17e siècle, par Jacques BIDAN, Pierre GUIMOPRE, ROUSSEL

Inscrit aux Monuments Historiques (1926)

Le beffroi ne se visite pas.
Office de Tourisme & Musée au pied du beffroi : 03.21.86.07.37

Hesdin

Hesdin  Beffroi de l'Hôtel de Ville

Lille

Lille  le beffroi de l'Hôtel de Ville
Lille

L'Hôtel de Ville
A deux pas de la Porte de Paris se trouve l'Hôtel de Ville bâti de 1924 à 1932 sous la direction de l'architecte Émile Dubuisson  qui utilise la brique traditionnelle sur une armature de béton, et l'associe aux carreaux émaillés. Pour cette construction ce dernier s'inspira de l'architecture des demeures flamandes. On remarquera le grand hall de plus de 100 mètres de longueur ainsi que le collection d'œuvres d'art contemporain. Quant au beffroi  rejeté à l'extrémité de la façade principale, il domine Lille de ses 106 mètres ( le plus haut de Flandre), tour de guet symbolique des villes du Nord, il servait autrefois à sonner l'alarme pour rassembler les hommes d'armes .Les services municipaux se trouvent dans les étages. La guerre interrompt le programme et la construction de la dernière aile qui ferme le quadrilatère. Sa réalisation est confiée à l'architecte Jean Pattou. Au sommet, un phare, éclaire la nuit de l'agglomération lilloise depuis 1932.

Classé aux Monuments Historiques (2002)
Rens : OT. 03 20 21 94 21

Loos

Hôtel de Ville :

En 1880 est décidée la construction d'un nouvel hôtel de ville sur l'emplacement d'une prairie. Louis Cordonnier ( architecte d'Haubourdin, ville voisine), commandité par la municipalité, confie le projet à son fils Louis-Marie, chantre du néo-régionalisme s'exprimant par un retour au vocabulaire de l'architecture et du décor flamand. Référence à l'architecture militaire médiévale et régionale. 

Inscrit aux Monuments Historiques (2001)

Ne se visite pas 
Rens Mairie  au 03.20.10.40.70

Loos   le beffroi

haut de page   

 
Picardie
Abbeville

©ville-abbeville.fr

LE BEFFROI ET LE MUSÉE BOUCHER DE PERTHES 
Construit à partir de 1209, le Beffroi, l'un des plus anciens de France, est une tour quadrangulaire de 20 mètres de hauteur dont les murs ont à leur base 2,30 mètres d'épaisseur. L'ensemble est plus proche des donjons seigneuriaux du 12ème siècle que des élégants beffrois des 14 et 15èmes siècles. La tour du beffroi proche de l'enceinte de la ville servit de tour de guet jusqu'à la construction des tours de la Collègiale Saint-Vulfran. Elle est coiffée d'un haut-clocher de charpente surmonté d'une girouette représentant le Comte de Ponthieu à cheval  .Détruit lors des bombardements de Mai 1940, le Beffroi fut restauré (travaux achevés en 1986) 
Il abrite depuis 1954 le nouveau Musée Boucher de Perthes. Les collections de ce préhistorien y sont présentées ainsi que celles de l'ancien Musée d'Abbeville et du Ponthieu. 

Inscrit partiellement aux Monuments Historiques (1926)
Musée : 03.22.24.08.49
Visite sur réservation . Rens. au  03 22 24 27 92

Amiens

 Amiens   le beffroi

Depuis 1406, plusieurs incendies ont détruit les constructions successives en bois .En 1742, un nouvel incendie détruit là encore la partie haute de l’édifice. On construit une superstructure en pierre sur la base ancienne que l’on coiffe d’une charpente en bois recouverte d’ardoises. Les murs de la base sont doublés en brique. On installe une énorme cloche de 11.000 kilos, “ la Marie Firmine ” qui oblige le percement du mur sud et des plafonds intérieurs pour la hisser dans la charpente. En 1940, le beffroi est à nouveau la proie des flammes. La charpente est entièrement détruite, emportant la cloche et la Renommée ( girouette du sommet - 52m.). Le beffroi reste étêté jusqu’en 1988, date à laquelle débutent les travaux de restauration. On le recoiffe d’une nouvelle charpente sur le modèle du XVIIIème siècle.  
 Détruit lors des bombardements de Mai 1940, le Beffroi fut restauré et a reçu une nouvelle charpente en 1985.  
Inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (1926)
Visites le dimanche à 10 h 30 : Direction du Patrimoine d'Amiens Métropole Tél. 03 22 22 58 90

Doullens  Le beffroi de Doullens est celui de l’ancienne maison communale. Il a été reconstruit en 1613 après avoir été détruit en 1595 lors de l’incendie de la ville par les Espagnols. Mais le premier beffroi, au même endroit, date de 1363 et il a été restauré de nombreuses fois dont en 1781,la reconstruction de la partie supérieure. L'inauguration de la dernière restauration du Beffroi a eu lieu en juillet 1979.L’intérieur du beffroi comporte quatre étages. Il possède trois cloches dont la plus grosse répond au nom de Jeanne d’Auxi.
En 1966, la façade de l'ancienne maison communale, la tour et le Beffroi en charpente sont inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.
Depuis 1970, le syndicat d'initiative est installé dans la salle centrale, croisée d'ogives.
Hauteur : 28 mètres.
Pour des raisons de sécurité, le beffroi ne se visite pas. Office de tourisme tél: 03 22 32 54 52.

Beffroi de Doullens photo Mairie Doullens

Lucheux

Lucheux, le beffroi

Cette tour est élevée sur une ancienne porte de la ville et date des XII ème et XIV ème siècle.
Dans une tourelle restante monte un escalier à vis en pierre et en bois, menant à la salle de l'échevinage.
  Au premier étage, une salle, voûtée sur croisée d'ogives fut le souvenir d'un événement historique important. C'est là que le 19 juin 1464, Louis XI donna force exécutoire à l'arrêt du Conseil qui instituait la poste royale aux chevaux (en quelque sorte, l'ancêtre de la poste). 
Plus haut, sous le toit, sont suspendues deux cloches : celle du campanile est l'ancienne cloche communale.
 La seconde cloche provient du château. Elle a été sauvée de la destruction en 1923 et faisait partie d'un carillon dont chacune des cloches portait une partie d'une inscription unique.
Au pied du beffroi, une plaque, apposée en 1930, commémore le cinq centième anniversaire du passage de Jeanne d'Arc à Lucheux.
Classé Monuments Historiques (1896)

Le Beffroi n'est pas ouvert au public.
Office de Tourisme du Doullennais 
Le Beffroi   Tél : 03 22 32 54 52 

Rue  La partie basse actuelle du beffroi date du XVème siècle. Les deux constructions néo-gothique qui l’entourent sont du XIXème siècle. 
Au rez-de-chaussée, dans le hall du beffroi et à droite, dans l’ancienne Salle de Justice de Paix, a été ouvert en 1976, le musée des Frères Caudron, pionniers de l’aviation en Picardie. Au musée, vous trouverez des objets légués par Madame Caudron et les photos des appareils avec leurs performances et, à travers l’ensemble des modèles d’avions présentés, vous constaterez l’évolution de la construction aéronautique de 1909 à 1939. 
 Inscrit aux Monuments Historiques (1926)

Visites libres et gratuites et visites guidées: 
Office de Tourisme de Rue 
Tél : 03 22 25 69 94

Rue    le beffroi

St-Riquier

 

Saint Riquier     le beffroi

Le beffroi de Saint-Riquier remonte à 1126, date à laquelle Saint-Riquier fut érigée en commune par le roi Louis VI le Gros  et fait partie des plus anciens beffrois de la région.  Le beffroi élève à près de dix-huit mètres une allure massive, dénuée de tout ornement. Il abritait, avant 1788, une prison voûtée au niveau inférieur, sous laquelle se trouvait encore une autre geôle, le cul-de-basse-fosse qui n'était accessible que par un étroit souterrain. Le reste de l'élévation était occupé par trois salles superposées, toutes voûtées, dont les fonctions non précisées par les sources devaient cependant correspondre à celles qui étaient traditionnellement présentes dans ce genre de construction : salles de réunion, d'auditoire ou de justice, et d'archives. Le sommet que l'on atteignait par l'escalier à vis ménagé dans l'angle sud-ouest, était marqué, comme à Rue, de quatre clochetons aux angles, terminaisons des contreforts polygonaux qui cantonnent l'édifice. Au centre enfin, un dernier clocheton couronnait le tout, et logeait la cloche, symbole de l'autonomie communale. 
Inscrit aux Monuments Historiques (1943)
Visite à l'occasion des Journées du Patrimoine...
Beffroi : Office de Tourisme de Saint-Riquier
Le Beffroi   Tél : 03 22 28 91 72 
Plus d'infos sur les beffrois de Picardie  

 

 

                                                                                                                     Liens:

Association « Beffrois & Patrimoine » Hôtel de ville, Place des Héros 62000 - Arras Tél. / Fax : 03.21.50.24.60  http://www.beffrois.com/index.php

ARPAC www.arpac-douai.com    42, rue Jules Roch - 59310 ORCHIES Tél 03.20.64.80.61 arpac@nordnet.fr

Sources: sites O.T.S.I - sites municipaux - Base Mérimée - ARPAC - Photos©nordmag.com (sauf  Doullens, Abbeville)          haut de page   
 
 

Accueil | Sommaire | Culture | Patrimoine | Histoire | Nature | Dossiers | Liens | Translate | Plan | Carte | Contact
Copyright © 2000-2016 Nordmag Tous droits réservés.