Nordmag , votre magazine région Nord 

=> Nouveau site


 

 


Nouvelles Brèves ...

du Patrimoine Régional

 

 
 Sept phares du Nord de la France bientôt inscrits sur la liste des monuments historiquesDunkerque le phare
La Commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) a proposé, le 28 septembre 2010, la protection au titre des monuments historiques des sept phares du littoral du Nord-Pas-de-Calais.
   Des châteaux de la région, mais aussi tous les couvents et l'école Sainte-Claire pourraient bénéficier du titre également.
Les phares de  Dunkerque (phare du Risban), Gravelines (phare de Petit-Fort- Philippe), Calais, Audinghen (phare du Gris-Nez), Le Portel (phare d'Alprech), Le Touquet (phare de la Canche) et Berck-sur-Mer pourraient prochainement rejoindre la liste des monuments historiques français.
Les dossiers seront examinés par la Commission nationale des Monuments historiques le 22 novembre prochain lors d'une séance entièrement consacrée aux phares des côtes de France.
La CRPS a également donné un avis favorable à l'inscription de trois châteaux, celui de La Palme à Nortkerque et de Rebreuve-sur- Canche (Pas-de-Calais) et d'Obies (Nord). Elle a aussi émis un avis positif à l'inscription en totalité du couvent des Clarisses et de l'école Sainte-Claire (1874-1876) à Roubaix (Nord).
 
Septembre 2009

Six édifices du bassin minier classés au titre des monuments historiques par la commission nationale des monuments historiques 
La Commission Régionale du Patrimoine et des Sites (C.R.P.S.), lors de sa séance exceptionnelle des mercredi 17 et jeudi 18 juin 2009, avait examiné, sous l’autorité du préfet de région, l’ensemble des protections proposées : 53 dossiers (soit environ 70 édifices).
Protéger et valoriser les traces de la vie du mineur depuis la découverte du charbon jusqu’à la fin de l’exploitation, au cours des XIXe et XXe siècles, était l’ambition de cette campagne.
La plupart des édifices et sites sont alors devenus « édifices inscrits au titre des monuments historiques ».
Lors de cette C.R.P.S. sur les 53 dossiers, sept ont été proposés au classement*. Le lundi 28 septembre dernier, six dossiers, il s’agissait de sites techniques, étaient examinés. Le dernier, qui sera débattu le 23 novembre, est un édifice religieux (église Notre-Dame des Mineurs à Waziers, Nord).
La plus haute instance en terme de protection en France a confirmé les propositions de classement de la commission régionale. Il s’agit de :
  ancienne fosse Mathilde à Denain (59)
  ancien site minier de la fosse Delloye, Centre Historique Minier à Lewarde (59)
  site du 11-19 à Loos-en-Gohelle (62)
  bâtiment et machine d’extraction de l’ancienne fosse n°2 à Oignies (62)
  église Sainte-Barbe à La Sentinelle (59)
  ancien site minier de la fosse Arenberg à Wallers (59)

Parmi les grands ensembles de l’exploitation minière, les sites de Wallers, Oignies et Loos-en-Gohelle voient ainsi leur protection étendue et renforcée par le classement.
Par ailleurs, le Centre Historique Minier de Lewarde, jusque là non protégé, a été classé globalement. La commission a voulu distinguer les deux autres sites, pour lesquels il n’y pas d’équivalent connu. Ils font partie des débuts de l’exploitation charbonnière et ont été réutilisés dès le XIXe siècle pour une autre fonction : l’ancienne fosse Mathilde à Denain (transformée en logements) et l’ancien puits de La Sentinelle (près de Valenciennes)transformé en église.
*La loi de 1913, transcrite dans le code du patrimoine distingue deux niveaux de protection au titre des Monuments historiques : le classement et l’inscription.

le vendredi 15 juillet 2005, à Durban (Afrique du Sud) ,  vingt-trois beffrois, situés dans le nord de la France, et le Beffroi de Gembloux, en Belgique, ont été inscrits par l' UNESCO, en tant que groupe et comme une extension des 30 beffrois belges inscrits en 1999 sous le nom de Beffrois de Flandre et de Wallonie. Construits entre le XIe et le XVIIe siècle, ils illustrent les styles architecturaux Roman, Gothique, Renaissance et Baroque. Ils constituent des symboles hautement significatifs de la conquête des libertés civiques. A une époque où la plupart des villes italiennes, allemandes et anglaises s’attachaient surtout à construire des hôtels de ville, dans une partie de l’Europe nord-occidentale (en France, en Belgique et aux Pays-Bas), l’accent était mis sur l’édification de beffrois. A l’origine, le beffroi était érigé comme signe d’autonomie communale obtenue par charte, et en tant que symbole même des libertés. Par opposition au donjon (symbole des seigneurs) et au clocher (symbole de l’Eglise), le beffroi, troisième tour du paysage urbain, représentait le pouvoir des échevins. Au fil des siècles, il est devenu le symbole de la puissance et de la prospérité des communes...
=> Dossier : Les Beffrois au Patrimoine de l'Humanité ....

L'exigence patrimoniale et économique concernant neuf monuments dans le Nord Pas-de-Calais : un transfert "souhaitable" dans le giron des collectivités territoriales.

Le projet de loi relatif à la décentralisation propose, en effet, que soit transférée aux collectivités territoriales qui en feront la demande la propriété d’un certain nombre de monuments appartenant aujourd’hui à l’État et affectés au Ministère de la culture et de la communication.

« Que l’Etat ait moins de monuments, qu’il soigne mieux ce qu’il a, et que les collectivités territoriales qui héritent d’un morceau d’histoire puissent le mettre davantage en valeur »
Le Sénateur Legendre.

Le Nord Pas-de-Calais se trouve au premier rang d'une mesure gouvernementale de transfert de monuments aux collectivités locales dans le cadre du Plan National pour le Patrimoine mis en place par Jean-Jacques Aillagon. Une commission présidée par l’historien René Rémond fut chargée, à la demande du ministère de la Culture, d'étudier toute proposition. Cette commission, composée de parlementaires, d’historiens, d’experts du patrimoine, déterminera les critères historiques, patrimoniaux et symboliques qui pourraient fonder le maintien de la propriété de l’Etat ou permettre d’envisager le transfert aux collectivités territoriales de certains édifices.
Selon le ministère de la Culture, l’objectif est d’optimiser la mise en valeur des monuments au regard de leur rayonnement régional, national ou international. Il s'agit donc de céder gratuitement le patrimoine national aux collectivités territoriales. De même, la DRAC pense que les collectivités peuvent très bien s’occuper des monuments qui leur seraient dévolus. 

Selon le ministère de la Culture, ce projet se réalise dans le cadre du chantier numéro 4 du Plan National : transférer à titre gratuit aux collectivités territoriales qui en feront la demande, la propriété de monuments historiques de l’Etat (affectés au ministère de la culture et de la communication) , selon une liste étudiée par une commission présidée par M. René Rémond, président de la Fondation nationale des sciences politiques, et établie par décret en Conseil d’Etat. Les collectivités territoriales qui deviendront ainsi propriétaires auront pour mission d’ assurer la conservation de ces monuments historiques, d’en présenter les collections d’objets mobiliers qui peuvent s’y trouver, d’en développer la fréquentation et d’en favoriser la connaissance.

Actuellement, sur les quelques quatre cents monuments historiques appartenant à l’Etat et dévolus actuellement au ministère de la Culture, il n’y en a que neuf qui sont implantés dans le Nord - Pas-de-Calais ( dont deux cathédrales ). Néanmoins, telle l'église d’Ablain-Saint-Nazaire (Artois), haut-lieu de bataille et de souffrance lors de la Grande Guerre, la colonne de la Grande Armée, à Wimille, lieu d’institution de la Légion d’honneur par Napoléon ou encore le site archéologique antique de la ville de Thérouanne, qui fut jadis détruite par Charles Quint, « les monuments emblématiques qui ont une importante charge historique restent naturellement dans le giron de l’Etat »

Une convention entre l’Etat, la région et, le cas échéant,  le département fixera les modalités de cette expérimentation et notamment le recours à une maîtrise d’œuvre spécialisée.

Quels sont donc les monuments concernées par ces mesures gouvernementales ?    On retrouverait ...
Département du Nord :
- le site antique de Bavay ( qui fait déjà l’objet d’une convention de gestion entre l’Etat et le conseil général depuis deux ans ).
- la villa Cavrois de Robert Mallet-Stevens, à Croix
- la tour de l’abbaye de Watten
Département du Pas-de-Calais :
- les ruines de l’abbaye du Mont-Saint-Eloi 

Il s'agira de former par l'élan économique, la dynamique culturelle et touristique qu'attendent ces lieux de patrimoine et de mémoire... une dynamique confiés dès lors aux autorités locales. Espérons que ces entités sachent les mettrent en valeur. Mais le patrimoine restera toujours une question de moyens financiers.

« Ce qui est le plus susceptible de protéger le patrimoine, c’est l’intérêt de la population qui l’entoure. »
Richard Martineau, directeur régional des Affaires culturelles

Enfin, les différents évoqués ci-dessus restent toujours protégés dans le cadre de la politique des monuments historiques qu’applique la direction culturelle.
Textes officiels sur : http://www.culture.fr/  et  http://www.culture.gouv.fr/

 

L’opération Septentrion : un nouveau dossier concernant les 11 villes fortifiées de la région pour obtenir le label « patrimoine mondial de l’UNESCO » 

Décidément, les années 2004-2007 seront celles de la mise en perspective d'un grand intérêt pour le patrimoine du Nord Pas-de-Calais de la part de l'UNESCO. Bernard Derosier, président du conseil général, Luc Dehaene, bourgmestre d’Ypres, et Wim Hazeu, échevin à la culture de la ville de Maastricht, ont officiellement lancé à Lille une opération aux dimensions de l'Euro-région.

Le troisième dossier concernant  l'obtention du label « patrimoine mondial de l’UNESCO »
, après le bassin minier & les beffrois, a pour objet  "citadelles sans frontières".

Cette opération, du nom de Septentrion : « de la ville forte à la ville durable dans le Bas Pays » regroupe des sites du Nord, de Belgique et des Pays-Bas.  

Dix-neuf villes fortifiées de la région Nord Pas-de-Calais mais aussi de Belgique et des Pays-Bas sont concernées. Le Département du Nord est en première ligne.

A l’image du réseau mis en place par  l’association des villes fortifiées, les Citées concernées voient de nouveau une chance supplémentaire garantir leur vitalité touristique.  Encore une fois, il s'agira de faire valoir les caractéristiques économiques & touristiques d'un tel projet appuyé  par des fonds européens ( 15 millions d’euros dont une partie au titre du FEDER ).

L'échéance est fixée en 2007. En attendant, nous pourrons bientôt vous faire état d'un programme d’illuminations baptisé « forts et lumière » qui concernera six villes fortifiées du Nord au cours de l’été prochain.

Villes partenaires du dossier pour notre région : Aire-sur-la-Lys, Bergues, Cambrai, Condé-sur-l’Escaut, Gravelines, Le Quesnoy, Lille, Maubeuge, Montreuil-sur-Mer, Saint-Omer et Watten.

Parc Mémorial Canadien de Vimy
Le plus imposant des treize monuments canadiens de 1914-1918 situés en France et en Belgique va faire l'objet d'une importante restauration à compter du printemps 2004
Le mémorial de Vimy rend hommage aux 11 285 Canadiens disparus en France pendant la Grande Guerre. Un combat acharné où 3 598 tombèrent en quatre jours au cours de la grande offensive alliée qui allait permettre de desserrer l’étau autour d’Arras, au mois d’avril 1917. VIMY Mémorial
Ce monument impressionnant fut construit de 1925 à 1936 sur un site de cent hectares, à même cette colline d’Artois où eut lieu la bataille de la crête et où les lignes allemandes finirent par être submergées.
Le mémorial a subi les outrages du temps. Le mauvais état est général notamment sur les murs de façade et de soubassement ( notre photo ) où sont inscrit les noms des disparus. La pierre blanche venant de Croatie n'a pu résister au fait que l'eau a stagné durant toutes ces décennies sur le squelette de béton et a fini par ressortir, provoquant des traces d’écoulements voire des éclatements des pierres. 
Dans le cadre d’un plan de restauration de tous ses monuments européens, le gouvernement canadien a débloqué en priorité 20 Millions d'Euros pour le site de Vimy. Les travaux devront durer deux ans pendant lesquelles dans un premier temps 25 % des pierres seront remplacées . Les murs de façade et l'esplanade seront complètement démontés. Dès lors un chantier de tailleur de pierres sera visible pour les visiteurs.   => page " Vimy "
Nemétacum à l'honneur. Site Némétacum à Arras

Jusqu'au 31 octobre, le site archéologique Nemetacum, rue Baudimont à Arras ( ancienne capitale des Atrébates aux temps reculés de l'ère païenne ), propose au grand public un nouvel aménagement permettant une approche plus complète du site. Cela fait trois ans maintenant que les visiteurs peuvent apprécier chaque été depuis un belvédère l'espace des fouilles archéologiques, ancien siège de la corporation des métiers et des marchands de bois, dénommé schola de Dendrophores. Dorénavant, on pourra longer côté sud les traces visibles de l'antique bâtiment de 2500 M2 en marchant sur l'emplacement d'une ancienne voie romaine. Le 19 septembre, une présentation au Musée des Beaux Arts d' objets mis à jour sur le site Actiparc sera l'ultime étape d'une (re)découverte de cette époque lointaine et de ses trésors.

 

Création de l'Association BMU UNESCO 2005
Association de portage pour le classement du Bassin Minier Nord -Pas de Calais d'ici 2005 sur la Liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO

" L'Association Bassin Minier UNESCO 2005" est l'association de portage du projet d'inscription de l'ancien bassin charbonnier du Nord -Pas de Calais au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Elle fonde la dimension citoyenne du projet.
C'est un lieu d'écoute, d'échanges et de propositions affectant l'aménagement et le développement du Bassin Minier, ouvert à tous les habitants et à tous les acteurs concernés. C'est un forum public, garantie de continuité dans l'action... L'association a pour vocation de stimuler, d'entretenir la dynamique et la mobilisation de tous nécessaire au portage de la candidature du Nord -Pas de Calais.
  en savoir plus sur l'inscription du Bassin Minier au Patrimoine Mondial de l'UNESCO


Vitraux de l'Hôtel de Ville de Bruay Labuissière

Le lancement officiel de la démarche d'inscription du Bassin Minier Nord - Pas de Calais sur la Liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO, a lieu à Lens, ce jeudi 30 janvier 2003, en présence de nombreuses personnalités et des membres du Comité de Soutien " Bassin Minier UNESCO 2005 "
Renseignements : 
Association BMU2005 -Hôtel de Ville, 62750 LOOS-EN-GOHELLE
adresse électronique : bmu2005@wanadoo.fr
 

L'église Saint-Martin d'Hénin-Beaumont classée monument historique

On l'aperçoit depuis l'autoroute ... son style qualifié de romano-byzantin surprend au cœur d'un centre-ville commerçant ... L'église Saint Martin est désormais reconnue comme une pièce maîtresse de notre patrimoine régional. La commission des monuments historiques marquent l'identité de l'édifice  permettant de ce fait la mise en oeuvre d'une rénovation qui était plus que nécessaire ...

Sauvegarder le souvenir du travail de la mine est l'objectif du futur centre deTerrils de Loos près de Lens ressources du patrimoine humain actuellement en cours d'élaboration à Noyelles-sous-Lens 

Le peuple de la mine à l'identité forte, à travers la création "Mémoires de mine", sera mis à l'honneur à travers la création prochaine d’un centre de ressources du patrimoine humain. Cette structure devrait voir le jour dans plusieurs années à Noyelles-sous-Lens. Au cœur du bassin minier, le patrimoine est d'une richesse extraordinaire .. Au delà de la mise en valeur des bâtiment ( musées, chevalets, fosses ... ), c'est ici à la dimension humaine que s'adresse  la mémoire du bassin minier. D'anciens mineurs seront sollicités afin de recueillir témoignages sur leur vie au fond de la mine; différents axes de recherches seront exprimés : les conséquences de l’industrialisation, l' histoire du mouvement syndical, les mouvements politiques, le football, l’immigration, l’éducation populaire, le développement de la colombophilie, la vie associative
Le phare de Berck abritera bientôt un musée !

PhareUn musée du patrimoine local dans un phare, élément prépondérant de l'histoire locale, tout un programme : en 2003 - 2004, l’État participera à l’effort de restauration de l’édifice ( près de 150 000 €  de travaux vont être engagés  pour mettre le bâtiment en conformité avec les normes de sécurité ); Jadis premier port d’échouage de France, on ne dira jamais assez l'importance de Berck en Europe du Nord durant les décennies de vocation maritime. Édifié en 1950, le phare de Berck a été fermé en 1990. Mais le bâtiment pourra de nouveau accueillir le public. Alors à quand la montée des 200 marches ? Le point de vue sur la baie d'Authie sera superbe.
Le presbytère d'Ochtezeele a reçu le label de la Fondation du Patrimoine: 
Déjà, la mission de valorisation du patrimoine a été accomplie avec succès : la restauration de l’ancien presbytère d’Ochtezeele fut une opération de défense du patrimoine de proximité réussie.
Situé sur une ancienne motte castrale, près de l’église Saint-Sylvestre, la bâtisse du XVIIIème siècle est entourée d’un plan d’eau. Un petit pont en permet l’accès. Le jardinet et une verrière en ferronnerie contribuent à l’embellissement du site. (Hazebrouck)
A Tourcoing, La chapelle dédiée à Notre-Dame des Victoires a été restaurée
Édifiée au XIXème siècle et de nos jours en très mauvais état, l'association "les Amis de Tourcoing" en a assuré la restauration, en partenariat avec le lycée Le Corbusier. Les différentes parties du monument servirent d'exercice à la restauration du patrimoine : boiseries, toiture, staff du dôme, tout y passa pour un coût total de 6 000 €.
MoulinLorsque l'on passe dans le petit village de Renty ( près de Fauquembergues ), il est un endroit charmeur, au bord de la départementale que les promeneurs d'un jour apprécient, tant le lieu nous plongent dans l'amour des pierres. Le moulin communément appelé « Grioche »,  ouvrage construit en 1797 par le citoyen Pocholle le long de l’Aa, a fier allure et offre un spectacle fort campagnard.Renty, le moulin Mais voilà que cet été, le moulin avait perdu sa roue ! On pouvait alors lire un panneau rappelant que cette dernière était en réparation. Qu'avaient-ils fait de l'image séculaire de notre moulin ? Forcément, l'endroit perdait son charme et le bruit typique de l'eau en mouvement. Voilà que l'outrage est réparé depuis début octobre. Dans l'optique d'une sauvegarde de la pièce maîtresse de l'édifice, Joël Leroy artisan menuisier, fut l'investigateur de la réhabilitation. Et dire que jadis, le moulin servait à maintenir une activité industrielle et agricole non négligeable dans le village. En 1920, il fut transformé en scierie et racheté en 1971 par un béthunois qui est encore de nos jours le garant des lieux. Le moulin a reçu le label de la Fondation du Patrimoine.
Évidemment la cadre invite à la méditation. Près de Neuvireuil ( dans l'arrageois ), au pied d'un arbre séculaire, la chapelle Saint-Antoine bénéficie d'une remise en l'état, cas typique de la réhabilitation des pièces maîtresses du patrimoine religieux de nos campagnes. Saluons de tout cœur cette invitation au retour des belles pierres.
L’Association historique, artistique et culturelle de Andres, près de Calais, a vu jour récemment. Ludovic Lapotre et Cécile Bordeyne, respectivement président et secrétaire de la nouvelle structure, proposent aux futurs adhérents de travailler en premier lieu sur trois thèmes : l’abbaye d’Andres dont les  vestiges enfouis méritent attention archéologique,  l’ancienne gare et le dépouillement des archives concernant la commune.
Dans quelle mesure le Conseil général du Pas-de-Calais  finance-t-il la rénovation du patrimoine ?

Depuis une quinzaine d'année, le Conseil général soutient financièrement les nombreuses associations qui oeuvrent pour la rénovation d'un patrimoine d'une richesse exceptionnelle. La subvention accordée est égale à 25% du montant des travaux que ces associations entreprennent. S'ajoute à cela les aides de l'État, variable selon l'ampleur du projet.

Pour l'année 2000, les chiffres s'élèvent à 69000€ versés pour des travaux de restauration de 18 monuments publics. On se souvient des échafaudages visibles sur le beffroi de l'Hôtel de Ville d'Arras ou encore la tour de la cathédrale de Saint-Omer.

Le Conseil général participe aussi à la restauration des objets ( tableaux, statues, dalles funéraires ... ) à hauteur de 43905€ versés aux communes.

De même, dans une optique de mise en valeur du patrimoine régional, un orgue neuf a été inauguré fin 2001 à Béthune suite à une subvention de 122000€.

" Des racines et des hommes " est le nom d'un toute nouvelle association de sauvegarde du patrimoine basée sur la CCRA d'Audruicq. Déjà, de nombreux projets se profilent à l'horizon 2002 comme la fête de la chicorée et la création de la ainsi qu'en septembre, un concours de photos en collaboration avec l'Université du Littoral. A suivre ...
Société archéologique et historique de l'arrondissement d'Avesnes.

Comme chaque début d'année, c'est l'heure du bilan de la saison écoulée pour bon nombre d'associations historiques. La société archéologique et historique de l'arrondissement d'Avesnes entre pleinement dans le siècle grâce à l'ouverture vers le monde du traitement informatique de l'information ( notamment des prêts consentis par la bibliothèque à savoir quelque dix mille ouvrages répertoriés ). Ceci n'empêchera pas les membres de se replonger cette année encore dans l'époque gallo-romaine pour un certain nombre d'études qui ne manqueront pas d'intéresser l'amateur.
Une nouvelle association historique à Saint-Pol

Mémoire Ternésienne est le nom de cette nouvelle association dont le but est la promotion et la valorisation de l'histoire et du patrimoine de l'arrondissement de Saint-Pol (cantons d'Aubigny-en-Artois, Auxi-le-Château, Avesnes-le-Comte, Heuchin, Le Parcq et Saint-Pol). Le bulletin Mémoire ternésienne est en vente dans les librairies et dépôts de presse des six cantons cités, au prix de 7,5 € : on y retrouvera pour le premier numéro notamment des articles sur bataille d'Azincourt.
Mémoire ternésienne, 22 rue Principale à Conteville-en-Ternois. 
Contact : memoire.ternesienne@wanadoo.fr


>> Notre-Dame de Lorette

Notre-Dame de Lorette se refait une beauté
Un programme de réhabilitation prévoit des travaux jusqu’en 2004... 
La nécropole de Lorette sera sauvée du délabrement. Devenu un véritable lieu de pèlerinage et de mémoire, le site a pourtant subi le poids des années, et a vu ses monuments se dégrader, petit à petit.
Après plusieurs années d’une bataille acharnée... Les premiers travaux de rénovation sur le site ont commencé.
En effet, depuis les années 1920, à la création de la nécropole nationale, le poids des ans a donné quelques rides à ce petit bijou artésien. Quelques menus aménagements ont bien été opérés, mais pas de quoi rendre un éclat aussi brillant que celui du phare de la tour-lanterne 
Les sanitaires, datant de 1923 et réalisés en sous-sol, sont inaccessibles aux personnes à mobilité réduite et aux mutilés de guerre. Ils sont actuellement fermés, sans qu’aucune solution soit proposée aux visiteurs. Les installations d’eau datent également de 1923 . 
La montée de la tour-lanterne est interdite depuis plusieurs mois en raison de l’éclatement du béton en plusieurs endroits, notamment au niveau des piliers, à son sommet. La basilique toute proche a également souffert. Les problèmes les plus graves se situent au niveau de la toiture qui n’est plus étanche. Les chéneaux et descentes d’eau, situées dans les piliers, sont en très mauvais état et plusieurs ruissellements ont pu être observés. Plusieurs vitraux risquent de s’effondrer et les ferrures rouillées ont grandement besoin d’être remplacées...  
Autant de griefs qui figureront bientôt au rang des souvenirs. Les premiers travaux, au niveau des sanitaires, ont commencé depuis quelques semaines. Ils seront désormais installés non loin de « l’état civil », à proximité des parkings. Le vaste programme de rénovation du site devrait s’achever en 2004. 
Un dossier était remis en 2000 au préfet du Pas-de-Calais, Jean Dussourd... pour aboutir, en novembre dernier, à la signature d’une convention, lors de la visite de Jacques Floch, secrétaire d’Etat à la Défense, chargé des anciens combattants.
Cette convention porte sur la restauration et l’aménagement de la nécropole en ce qui concerne les accès, les parkings, la place centrale, les ossuaires, le parvis de la basilique, la salle d’exposition, le ravalement de la basilique et de la tour-lanterne ; l’amélioration du lieu d’accueil des visiteurs par la réhabilitation de l’ancien abri et la création de nouveaux sanitaires ; la préservation du bâti et la mise en sécurité de la tour-lanterne et de la basilique.
Ce programme vise à inclure le site de Notre-Dame de Lorette dans le réseau des Chemins de la mémoire, un projet dans les cartons du ministère de la Défense. 
Le site sera restauré pour un coût de 1,83 M € (12 MF), pris en charge par l’Etat. La Région participera également à la revalorisation du site pour 1,14 M € (7,5 MF), tout comme le Département à hauteur de la même somme, et la CALL pour 457 347 € (3 MF) afin d’améliorer le confort des visiteurs et de créer un réseau pédagogique autour de la colline, en liaison avec le Centre européen de la paix de Souchez. 

Extrait des articles de M.Benoît FAUCONNIER " La Voix du Nord " Editions du Dimanche 30 Décembre 2001 et du Vendredi 04 Janvier 2002

Une maison du patrimoine fait peau neuve à Comines ( 59 )
L’association des Amis de Comines  y aménagera son siège et, le fait est exceptionnel, mettra à la disposition du public les archives de la commune. Les richesses de la ville et son patrimoine historique seront mis en valeur de bien belle façon. Près de l’église Saint-Chrysole, classée à l’inventaire des monuments historiques, c'est au printemps que cette maison du patrimoine ( qui portera le nom d’un illustre Cominois, André Schoonheere ) ouvrira ses portes aux visiteurs.

 

Le musée du textile à Roubaix

Depuis peu, la filature Craye, l'une des dernières à produire des tissus d'ameublement de luxe et des tapisseries "copies d'ancien" s'est métamorphosée en musée. Une quinzaine de métiers, deux machines à perforer les cartons pour les anciens métiers Jacquards ainsi qu'une machine à ruban de 1830 fonctionneront désormais sous les yeux du public.
Ets Craye, rue de Nancy, 59100 Roubaix, Resnseignements : 03.20.20.09.10.


Les anglais entrent en guerre sur le territoire français !
Rassurez-vous, il ne s'agit que de fiction. Un téléfilm pour la télévision britannique BBC. C’est au lieu-dit La Garenne, au coeur d’un vallon entre les communes de Flesquières, Havrincourt et Ribécourt-la-Tour qu'une tranchée a été reconstituée fidèlement pour retracer le témoignage de l'horreur quotidienne qu'un officier anglais conservait en écrit dans son journal personnel. The Trench, déroule donc son action du 22 octobre au 16 novembre 1916, dans la Somme, sur la ligne de front après la grande offensive lancée par les alliés pendant l’été. On devra attendre le mois de mars 2002 pour pouvoir le visionner sur le Satellite HotBird ...

A Sainte-Marie Cappel, le patrimoine religieux du village est une affaire sérieuse.
Une nouvelle association de valorisation du patrimoine cultuel local  est en cours de création. L'abbé Michel Decherf, curé de la paroisse Saint-François-des-Monts-de-Flandre, définit les grandes orientations en suivant la politique déjà menée à Cassel.

L'association Yser Houck, garante du patrimoine flamand
Cinq cents adhérents sont recensés à ce jour. Que ce soit l'organisation d'une fête des jardins, l'organisation de randonnées-découvertes sur le patrimoine local, la rédaction de cahiers de description de l’architecture flamande, la mise en place de cours de néerlandais ou encore le maintien de la radio Uylenspiegel, nombreuses sont les actions d'une association à l'avenir brillant. La culture flamande est en plein renouveau en ce début de nouveau millénaire, en plein cœur de l'espace Eurorégional.
photos ©nordmag

 

 

Accueil | Sommaire | Culture | Patrimoine | Histoire | Nature | Dossiers | Liens | Translate | Plan | Carte | Contact
Copyright © 2000-2016 Nordmag Tous droits réservés.