Nordmag , votre magazine région Nord 

 



Histoire Régionale Nord-Pas de Calais
 

 

Dossiers Historiques:
>   Les grandes voies de communication 
>   Une page de l'histoire de la télévision...

Histoire Antique:
>
  Bagacum ( Bavay )  

 

Personnages:
Ils sont natifs du Nord...
>  Emile Basly , le Tsar de Lens
>
  Manfred Von Richthofen
>  Marguerite Yourcenar

Histoire Médiévale:
>  l'Artois de l'an 1000 à l'an 1789
>
  Histoire des Pays Bas Bourguignons
>
  Topographie d'Aire sur la Lys

Les batailles:
1214 : Bataille de Bouvines
>
 1346:  Bataille de  Crécy.
>
  1415 : Bataille d'Azincourt

Histoire Moderne:
>  La formation  du Pas-de-Calais
>
 
L'entrevue du Camp du Drap d'Or

 

Histoire Contemporaine: 

>   Histoire du Charbon dans la région   Nord Pas-de-Calais 

>
   La première guerre mondiale   

>   Les sites de la Grande Guerre en Artois

>   Notre Dame de  Lorette      -      Vimy

>   L'opération " Dynamo " Dunkerque, les "Little ships"


Michelin publie ses cartes historiques : D’hier à Aujourd’hui, un siècle d’histoire
Alors que nous entamons les commémorations du centenaire de la Première Guerre Mondiale, Michelin publie 16 références contenant chacune une reproduction de la carte telle que dessinée en 1913 et sa jumelle de 2013. Idéal pour remonter le temps et partir à la découverte des régions.
Redécouvrir une région à travers 100 ans de carte MICHELIN
Bibendum fête un siècle de cartographie au 1/200 000 et publie une reproduction de la carte de l’époque et son équivalent aujourd’hui. Un voyage à travers le temps et l’espace au service de la mobilité des voyageurs.
16 régions sont rééditées : Calais-Lille, Amiens-Arras, St-Quentin-Reims, Verdun-Metz, Brest, St-Brieuc-St-Lô, Paris-Châlons-en-Champagne,Nancy, Quimper-Lorient, Rennes, Nantes-Vannes,Genève-Annecy, Grenoble-Chambéry, Bayonne-Pau-Tarbes, Marseille-Cannes, Strasbourg-Mulhouse.
 
La Grande Guerre au cœur du tourisme de mémoire:
En 2014 plus que jamais, les champs de bataille, les forts, les cimetières militaires, les musées et monuments commémoratifs seront à l’honneur.
Le développement du « Tourisme de mémoire » s'inscrit dans la valorisation de l'exceptionnel patrimoine civil et militaire de la France. En 2010, les sites dont l'histoire est liée aux conflits contemporains ont attiré plus de six millions de personnes (source Atout France, organisme public chargé de promouvoir le pays) . Jamais le tourisme de mémoire n'a été aussi vivace.
 

Guides illustrés sur les champs de bataille:

En 1917, alors que les combats se poursuivent, Michelin lance une grande collection de plus de 30 guides illustrés sur les champs de bataille : une véritable encyclopédie pour les passionnés. Aujourd'hui une nouvelle collection vient prendre la relève en s'appuyant sur ce travail historique :

Les champs de bataille Somme ,   Les champs de bataille Flandres Artois
 

Egalement :

Les champs de bataille de la Marne et de Champagne
Les champs de bataille Alsace Moselle
Les champs de bataille de Verdun, Argonne, Saint-Mihiel

 

plus d'infos sur : http://www.michelin-boutique.com/

 

 

   
LES CHEMINS DE MEMOIRE 14-18

Enjeu majeur de l’Europe de l’Ouest par sa situation géographique et son importance économique, le Nord-Pas de Calais a été, 20 siècles durant, un vaste champ de
bataille. Au cours du XXème siècle, les deux conflits mondiaux ont profondément marqué les paysages, les populations et la mémoire collective. A l’occasion du
centenaire, le Nord-Pas de Calais a entrepris un vaste travail de mémoire qui permet aux touristes de se diriger au milieu des centaines de sites qui témoignent de
la 1ère Guerre mondiale.
L’aménagement de Chemins de mémoire en Nord-Pas de Calais permet de revenir sur ces pages majeures de l’histoire européenne et mondiale. Ils répondent à la nécessité de mieux connaître ce qui s’est passé et rendre hommage aux hommes et aux femmes qui, parfois venant des antipodes, reposent dans la région.
4 parcours de 90 étapes peuvent être découverts.
- Le front ;
- La guerre de mouvement et la première occupation allemande ;
- Le littoral, base arrière des armées alliées ;
- La reconstruction des villes dans les territoires dévastés.
Nécropoles militaires, mémoriaux et vestiges sont autant de témoins, poignants et silencieux, des évènements qui ont fait ces conflits.
Localement le visiteur pourra être guidé vers d’autres sites chargés d’anecdotes et de faits du quotidien de l’époque.
www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr

Temps forts 2014
Du 1er février au 31 décembre - le bassin minier au cœur des conflit – Centre Historique Minier à Lewarde : le bassin minier, une conséquence de la bataille de Denain de 1712 : (1er février au 30 mars) ; le bassin minier en 1918, un paysage anéanti (18 avril au 31 août) ; le bassin minier au coeur des conflits (18 avril au 31 décembre). www.chm-lewarde.com
Du 28 mai au 6 octobre - Exposition Les désastres de la guerre - 1800-2014 - Musée du Louvre-Lens : l’exposition présentera un riche ensemble d’oeuvres nées du désenchantement face à la guerre. www.louvrelens.fr
Le 18 juillet - Inauguration du Musée de la Bataille de Fromelles.
Le 11 novembre - Inauguration du Mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette à Ablain-Saint-Nazaire : L’anneau de la Paix par le Président de la République


ARRAS AU CŒUR DES COMMEMORATIONS DE LA GRANDE GUERRE

La Première Guerre mondiale éclate en août 1914. Dès le mois d’octobre, la ligne de front se stabilise sur le territoire du Pays d’Artois. Elle s’étire du nord au
sud : de la crête de Vimy à Bapaume en passant par Arras, véritable saillant sur cette zone de conflit.
Aujourd’hui encore, de nombreux monuments, cimetières, mémoriaux, stèles commémoratives et paysages témoignent des combats qui se sont succédés pendant quatre ans
: les premières batailles de l’Artois en mai et septembre 1915, la Bataille de la Somme en juillet 1916, la Bataille d’Arras en avril-mai 1917, la rupture de la
ligne Quéant-Drocourt en août 1918...
Sur ce secteur charnière entre les champs de bataille de la Flandre et de la Somme, l’Artois a été défendu par les Français jusqu’en février 1916 puis par les
nations du Commonwealth parmi lesquelles on peut citer les Britanniques, les Canadiens, les Terre-Neuviens, les Sud-Africains, les Australiens et les Néo-
Zélandais…
Chute du beffroi en octobre 1914, incendie de l’abbaye Saint-Vaast en juillet 1915, Arras, ville martyre, a été rasée à plus de 80 % pendant la Première Guerre
mondiale. Aujourd’hui, elle a tant à nous raconter…
Cinq saisons, des temps forts
Les commémorations du centenaire de la Grande Guerre représentent un enjeu mémoriel fort et incontournable pour la ville d’Arras. Ce temps consacré à la mémoire et
à l’histoire mobilise l’ensemble des acteurs de la ville et propose une programmation patrimoniale et culturelle riche et innovante (exposition en plein air,
événement musical…).

Les commémorations 14-18 à Arras se dérouleront en cinq saisons construites au plus près de la réalité historique de la ville.
SAISON 1 : Arras et la Belle époque Depuis novembre 2013 jusqu’août 2014
SAISON 2 : Arras, ville martyre Septembre 2014 – août 2015
SAISON 3 : Les civils dans la guerre Septembre 2015 – août 2016
SAISON 4 : Arras au croisement des cultures Septembre 2016 – Août 2017
SAISON 5 : Nouveau départ Septembre 2017 – Août 2018
Autour du Centenaire : 97e anniversaire de la Bataille d’Arras     Le Mercredi 9 avril à 6h30 à la Carrière Wellington


MÉMOIRE DE LA GRANDE GUERRE EN NORD-PAS DE CALAIS: 2 ÉVÈNEMENTS MAJEURS EN 2014

18 juillet Inauguration du Musée de la Bataille de Fromelles
Au lendemain de la bataille déclenchée par l’armée britannique devant Fromelles, on dénombre 5.533 victimes dans les rangs australiens. Pour l’Australie, le 19
juillet 1916 est la première opération de ses soldats sur le sol européen. C’est aussi l’un des plus tragiques épisodes de la Grande Guerre.
Pendant trois jours et trois nuits, des hommes s’aventurèrent dans le no man’s land, malgré des tirs ennemis, afin de ramener les blessés.
Le parc commémoratif australien rend hommage à la bravoure de tous ceux qui sortirent pour sauver les blessés de Fromelles. Au centre, la statue du Sergent Simon Fraser portant sur ses épaules le soldat qu’il sauva en l’entendant crier « Ne m’oublie pas camarade ».
L’ouvrage sculpté par Peter Corlett de Melbourne, fut érigé en 1998 et baptisé Cobbers (camarades en argot australien).
Le 18 juillet un musée tout neuf sera ouvert pour rappeler cet épisode commémoré chaque année à Fromelles par les autorités australiennes et des descendants des soldats australiens de 14/18.
(L’Australie a engagé un plan de recherche ADN des familles de ses soldats morts à Fromelles sans identification. Chaque année, plusieurs familles retrouvent ainsi la trace de leurs aïeuls).

11 novembre Inauguration de l’Anneau de la Paix à Notre-Dame-de-Lorette
La colline de Notre-Dame de Lorette a été le théâtre pendant un an, de terribles et sanglants combats faisant de part et d’autre 100.000 tués et blessés.
En septembre 1915, un déluge de feu, de fer et d’acier est tiré par l’artillerie française, 1.500.000 obus tombent sur la colline. Cet éperon est depuis le XVIIIème siècle un lieu de pèlerinage catholique. Il devient après-guerre, une immense nécropole nationale, la plus grande de France.
20.000 tombes individuelles y sont dressées et les corps de 22.000 autres soldats demeurés inconnus sont regroupés dans 8 ossuaires, dont celui de la Tour- Lanterne.
De ses 52 mètres, celle-ci est équipée à son sommet d’une lampe qui veille chaque nuit.
C’est la mémoire de ces morts pour la France que veillent quotidiennement, et sans discontinuer depuis un siècle, les Gardes d’Honneur de Notre-Dame de Lorette.
C’est ce lieu qu’a choisi la Région Nord-Pas de Calais pour édifier l’Anneau de la Paix sur lequel figureront les noms des 590.000 soldats de toute nationalité, morts en 14/18.
L’ouvrage, création du cabinet d’architecture Philippe Prost, sera inauguré par le Président de la République le 11 novembre 2014.

 

ARRAS : La Carrière Wellington est un site authentique où ont vécu des milliers de soldats britanniques dans les jours précédant la bataille d’Arras du 9 avril 1917.
Ce site, à la fois endroit stratégique et lieu de vie pendant la Première Guerre mondiale, est aujourd’hui un véritable lieu de mémoire qui relate la vie quotidienne des soldats britanniques dans la ville d’Arras et ses sous-sols.


Est créé sur ce site, un mémorial de la bataille d’Arras de 1917, avec comme objectifs la mise en avant de la stratégie des soldats, de l’engagement des alliés et de la place de la Ville dans l’histoire de la Première Guerre mondiale. Cet équipement, qui constituera un point d’appui au travail de mémoire sur La Première Guerre mondiale, est destiné à parler de la vie des soldats, plus que de la guerre en elle-même. C’est un lieu authentique où le visiteur se trouvera en situation.
Les visites s’adressent à tous les publics. Les jeux de sons et de lumières y seront omniprésents. La visite dure 75 minutes. Après une descente par ascenseur vitré, vous découvrirez étape par étape une partie de ce réseau stratégique qui fut aussi un lieu de vie. Au long de ce parcours souterrain vous irez d’émotion en émotion en découvrant dessins, graffitis et autres traces de ce séjour hors norme.
Conçu comme un lieu de mémoire, le site de la carrière Wellington présente, en surface, un jardin du souvenir et un mur mémorial pour honorer la mémoire des régiments des Première, Troisième et Cinquième Armées britanniques, engagées dans la Bataille d’Arras.
Horaires d’ouverture :Tous les jours de 10 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 18 h. Fermé le 1er janvier, les trois semaines après les vacances de Noël et le 25 décembre.
 
Carrière Wellington – rue Delétoile – 62000 Arras Tél : 03 21 51 26 95   page Arras"


L’Office de tourisme de la région de Béthune Bruay sort un livret : À la découverte de la mémoire de la Grande Guerre

L’Office de tourisme de la région de Béthune-Bruay édite un livret de 55 pages dédié à la découverte de la mémoire de la Grande Guerre

Le document permet d’apprécier le patrimoine mémoriel de la Grande Guerre dans la région de Béthune-Bruay,un patrimoine multiforme (cimetières militaires, mémoriaux, monuments commémoratifs, stèles, monuments aux morts ...) qui témoigne de l’implication de diverses nationalités (indienne, britannique, canadienne, portugaise …) et rappelle le lourd tribut payé tout au long de ces quatre années de guerre.


Cet outil, conçu à destination des visiteurs, propose une double entrée de lecture et de découverte du territoire: le front (batailles du secteur, sites, pays engagés dans le conflit) et l’arrière-
front (villes bases arrières militaires, quartiers généraux, sites). Il comporte également des portraits de soldats et s’intéresse aux monuments aux morts, vitraux et plaques du souvenir.

Disponible gratuitement à l’office de tourisme               Téléchargeable sur www.tourisme-bethune-bruay.fr,rubrique téléchargement et brochures interactives

 

    

 

 


 
 
.  La Coupole Helfaut La Coupole  à Helfaut / Wizernes

  Le 14 juillet 2012, La Coupole, Centre d'Histoire et de Mémoire du Nord-Pas de Calais, inaugure un planétarium numérique, doté d'une technologie 3D unique en Europe (qui n’existe pour le moment qu’à Rome). Celui-ci sera accompagné de l’ouverture d'un cyber centre de pointe (30 ordinateurs et 10 tablettes numériques) où les visiteurs pourront consulter
plus de 12000 documents d’archive sur la Seconde Guerre mondiale.
En effet, la Coupole est un « Musée » dédié à la 2nde Guerre mondiale mais également aux sciences de l'astronautique (fusées modernes et voyages dans l’espace), puisque c’est grâce au développement des armes par les nazis qu’ont été conçues par la suite les premières fusées spatiales.

+ d'infos : 03.21.12.27.27  LA COUPOLE BP 284 62504 Saint-Omer cedex

>> + d'infos page "l'Audomarois"


 


Accueil | Sommaire | Culture | Patrimoine | Histoire | Nature | Dossiers | Liens | Translate | Plan | Carte | Contact
Copyright © 2000-2012 Nordmag Tous droits réservés.