Nordmag , votre magazine région Nord 

=> Nouveau site

 

Les Marchés de Noël en Nord-Pas de Calais...

 

 

la télévision...

 

Une page de ...

 


l'histoire de la Télévision


par Nicolas Chalmin

Dans un article consacré à mon grand-père, le quotidien "La Croix du Nord", du jeudi 6 Octobre 1949 , titre :
 

:"La télévision, cette dernière découverte du domaine radio-éléctrique qui semblait piétiner depuis
bientôt dix ans, prend maintenant un essor de bon augure"...

 

Voici donc la petite histoire d'un passionné qui a participé activement à cet "essor de la télévision"

Nous sommes en 1924. Dans un petit atelier du  garage automobile paternel, rue de la République à Bruay-en-Artois, le jeune Paul Chalmin, âgé de 13 ans s'intéresse vivement aux nouvelles inventions de la radio-électricité. Il fabrique déjà plusieurs postes à galène. En 1927, il vend le premier poste à lampe qu'il a réalisé.

Son attention se porte désormais sur une nouvelle invention venue d'outre-manche la " Télévision mécanique", principe appliqué pour la première fois par un certain  John Baird en 1926. Curieux par nature, mon grand-père étudie le procédé et s'applique à l'élaboration d'un récepteur basé sur le principe des disques de Nipkow calculant exactement les trous dans une circonférence donnée. La construction et la mise au point d'un poste demandent une grande patience, des connaissances assez étendues dans la matière radio-électrique, un matériel onéreux et parfois, quand tous les obstacles sont supprimés, ce peut être un résultat décevant qui décourage l'amateur; pas mon grand-père. De plus, il ne peut recevoir que des images d'Angleterre. En effet, aucun émetteur n'existait en France ! Expérimenter son matériel dans ces conditions est théoriquement impossible. La difficulté le stimule. Deux fois par semaine, de 23 H 30 à minuit, la station de " Midlands régional " distante de plus de 250 kilomètres, émet un programme sur 1200 m grandes ondes et de 30 lignes de définition. Mais la télévision mécanique a ses limites. Le disque de Nipkow donne une image restreinte et de mauvaise qualité. Pour le mettre en évidence, il faut alors placer devant, une loupe. Un soir de 1932, à force de tâtonnements, l'écran minuscule se peuple d'ombres. Un speaker anglais apparaît !
La formidable nouvelle se répand alors dans les milieux avertis qui n'ont jusqu'alors jamais réussi à capter une seule image même en se trouvant à une cinquantaine de kilomètres du même émetteur !

 

AtelierAtelier

Paul Chalmin devant son atelier dont il a fabriqué la plupart des instruments de mesure

           

Récepteur de "RadioVision mécanique" ( cliquez pour agrandir)

 

Les visites se multiplient. Des ingénieurs se succèdent dans l'atelier où certains soirs, de 23 H 30 à minuit, la lampe au néon et le disque de Nipkow font surgir comme par magie des images fortement ombrées. L'effet tient à leurs yeux du miracle.
Nous ne sommes ici qu'au commencement d'une nouvelle ère . Le procédé mécanique est abandonné.Le tube cathodique apparait après 1933.La télévision va se révéler au grand public lors de l'Exposition Universelle de 1937. Mon grand-père, spectateur intéressé, imagine sans peine les possibilités qu'offre une telle technique.
La guerre freine considérablement l'évolution de la télévision en France .Après la libération, le matériel de construction radio était pratiquement introuvable. Mon grand-père récupére des pièces détachées sur des émetteurs et récepteurs portatifs allemand et fabrique un appareil de télévision. Un an est nécessaire à la construction et à la mise au point délicate. Puis, les essais lui donne satisfaction.

TV       Télévision

 

1947. Il capte les émissions de Londres et de Paris. C'est alors qu'il suscite l'intérêt de la presse régionale mais aussi nationale.
Le 20 novembre de cette année, à leur domicile,  Mr et Mme Chalmin, leurs enfants, entourés d'amis, ont le privilège de suivre en images la cérémonie de mariage entre la princesse Elisabeth et le duc d'Edimbourg sur un écran de 12 cm agrandi par loupe. Toutefois, un sérieux inconvénient contrarie les émissions. Les appareils étant d'une sensibilité extrême, l'allumage des moteurs à explosion trouble l'image. Dès qu'une automobile passe au dehors, des parasites se manifestent sur l'écran. La séquence se trouve hachée. C'est pour cette raison que mon grand-père a sollicité et obtenu de la municipalité l'autorisation d'installer son appareil dans une pièce d'éducation physique du stade-parc,mieux dégagé; son antenne gagne ainsi en hauteur et la plupart des parasites disparaissent. De longs efforts sont enfin couronnés de succès. De plus, il a l'intention de faire profiter les bruaysiens de cette découverte. C'est dans cette salle que, le 2 juin 1953, plusieurs centaines de personnes vinrent assister à la cérémonie du Couronnement de la reine Elisabeth. C'est pourquoi cet événement historique est très lié à la mémoire bruaysienne.
Rappelons qu'à l'époque, les propriétaires de téléviseurs sont très rares. Bruay entre alors dans la civilisation de l'image....
 

Couronnement de la Reine Elizabeth d'Angleterre
Photos prises sur le téléviseur en 1953

En février 1967,

près de huit millions de téléspectateurs peuvent suivre dans l'émission de Jean Nohain, " 36 chandelles ", le parcours de Paul Chalmin considéré comme un des pionniers de la télévision dans le Nord où il montre en gros plan le tube cathodique à 39 lampes, monté sur simple châssis, qui lui avait permis de suivre le couronnement de la reine Elisabeth II.

 

Jean Nohain

images©nordmag.com

 =>   Page suivante : un aperçu année par année des débuts de l'Aventure de la Télévision

 =>   " 1955, un exploit de la télévision révèle à des milliers de Français " LA VIE HÉROÏQUE  DES MINEURS DE FOND

tv


 

Accueil | Sommaire | Culture | Patrimoine | Histoire | Nature | Dossiers | Liens | Translate | Plan | Carte | Contact
Copyright © 2000-2016 Nordmag Tous droits réservés.