Nordmag , votre magazine région Nord 

=> Nouveau site


 

 


Le Château d'Olhain

Situation :

Situé sur la commune de Fresnicourt ( à 16 km au sud de Béthune ) , le château d'Olhain est l'un des plus beaux fleurons du patrimoine historique de notre région.

Il est le château médiéval le mieux conservé du Nord de la France : Plan de situation 

Description :

L'ensemble imposant est bâti au creux du vallon, et baigne ses murs de grès au milieu d'un étang d'eaux vives.

Le château comprend deux parties bien individualisées : sa basse cour de forme ovale et le château proprement dit. On accède à la première par deux ponts de pierre franchissant les bras de la rivière Lawe; du côté méridional, les fossés ont été comblés; c'est par un pont-levis que jadis on les franchissait. Ses murs d'enceintes étaient autrefois flanqués de tourelles coiffées de poivriéres; il n'en subsiste qu'une, du côté Est, qui se mire dans les eaux. A l'intérieur, cette cour est entourée de bâtiments de ferme construits à des époques différentes et leur architecture est fort simple. Le château est entièrement construit en grès. Il est de forme polygonale. Son pont-levis a été établi entre les deux grosses tours qui flanquent son front oriental . La tour Nord Est est plus forte que sa voisine. Les corbeaux de ses mâchicoulis se composent de quatre dés rectangulaires de taille décroissante posés l'un sur l'autre, le plus petit reposant lui-même sur un petit culot en pyramide renversée. Cette forme de mâchicoulis est très fréquente en Photo OlhainBretagne, mais elle n'était cependant pas ignorée dans le nord de la France puisqu'on la trouvait à la porte Saint-Pierre â Lille. Aujourd'hui, cette tour est coiffée d'une toiture en poivrière. Deux gargouilles prouvent qu'à l'origine le chemin de ronde monté sur ces consoles n'était pas couvert; en arrière et en retrait, on devait trouver une salle servant de magasin et c'est sur celle-ci que devait reposer la toiture conique. La tour du Sud Est, n'a conservé que partiellement ses mâchicoulis et leurs corbeaux n'ont qu'une assise.
La porte d'entrée s'ouvre dans la courtine intermédiaire; elle est très étroite et elle est accostée de deux hauts contreforts en éperon. Son tracé est en tiers-point et au-dessus on voit encore les rainures du pont-levis. Toute la partie supérieure du mur a été refaite et, au XIX s., on a malencontreusement ajouté un peu au-dessus du niveau des mâchicoulis, un fronton timbré aux armes de Berghes. De part et d'autre de la porte, la courtine est percée de plusieurs fenêtres; celle de l'étage, à gauche, a conservé ses meneaux en grés du XVIe s., mais la fenêtre inférieure a été refaite au XVIlI s.; l'autre côté n'était éclairé que par une petite fenêtre coiffée d'un linteau sur corbeaux. Du côté de la cour, la porte a été dénaturée au XVIIIe s. et refaite en brique. . Une tourelle d'escalier octogonale sépare ce corps de logis d'un autre bâtiment daté de 1620, mais dépourvu de caractère de même que celui que l'on trouve du côté Nord de la cour. Cette tourelle a été construite en brique, mais sa partie supérieure a été refaite en pierre au siècle dernier; on y pénètre par une porte en anse de panier et les fenêtres qui éclairent la cage sont de forme rectangulaire.
Photo intérieurLa tour NE n'a pas été tracée sur la cour suivant un plan arrondi : son mur est oblique et ce n'est qu'au niveau du second étage, par l'intermédiaire d'un encorbellement mouluré porté par un gros cul-de-lampe, qu'il reprend un tracé circulaire; à ce niveau la tour a été dotée de mâchicoulis semblables à ceux de l'extérieur. Une porte basse en anse de panier donne accès à une cave dont la coupole a été refaite; une autre porte semblable à la première permet de pénétrer dans une tourelle de guet à pans coupés; sa base est en grés ; au-dessus du niveau des toitures la tourelle passe à un plan hexagonal et dans cette partie elle a été reparementée en pierre au XIX ième s. Au-dessus de la porte, on trouve successivement une niche, une fenêtre rectangulaire, une fenêtre en anse de panier et une seconde fenêtre rectangulaire. Ces baies éclairent l'escalier qui permet d'accéder aux différents étages de la tour. La salle du premier étage est connue sous le nom de salle des Gardes. Elle est couverte par une voûte d'ogives prismatiques à six branches retombant sur des culs-de-lampe et la clef porte les insignes des ordres de la Toison d'Or et de Saint-Michel . Cette salle dotée d'un réduit pour un guetteur était chauffée par une belle cheminée dont le linteau est agrémenté d'un cordon de feuillages. Au niveau supérieur, on trouve une autre salle hexagonale coiffée d'une coupole surbaissée sous laquelle sont bandées douze nervures.
La tour Sud Est se trouve engagée dans les bâtiments. Au XIX s. on avait réuni ses deux niveaux inférieurs pour aménager une chapelle; on constate ainsi que l'une et l'autre de ces deux salles primitives avaient été établies sur un plan hexagonal, mais à chaque angle de la première correspondait le milieu d'un pan de la seconde; la voûte supérieure est à six branches d'ogives sur culs-de-lampe. Le réaménagement du XIX s. a aussi supprimé les parties basses de l'escalier; aujourd'hui, celui-ci part de la tribune de la chapelle et il mène à une autre salle hexagonale qui a perdu sa voûte d'ogives. Vu de l'extérieur, le château d'Olhain ne manque pas d'allure; des douves remplies d'eau, qui peuvent atteindre 80 m de large, l'entourent. Les fenêtres de ses courtines ont été agrandies au XVIII s. Du côté méridional, une tourelle carrée en pierre flanque le mur; elle appartient bien à la construction primitive puisque sa base en grés est appareillée avec la courtine; une passerelle et un petit pont-levis la reliaient jadis au jardin. Vers le Sud Ouest, on voit encore d'anciens mâchicoulis. Du côté Nord, on trouve aussi une tourelle, mais elle est plus volumineuse et implantée davantage vers l'Ouest que la première. Il est probable qu'une ou deux grosses tours rondes ont jadis existé du côté occidental avant les destructions du XVII s. Des archères pour arbalètes et couleuvrines étaient disposées de façon à couvrir l'ensemble du château.

Un peu d'Histoire...

La famille d'Olhain est l'une des plus vieilles familles du nobiliaire artésien.Blason
Elle porte le même blason que celui des comtes de Boulogne dont les membres ont toujours prétendu descendre.
: d'argent à trois tourteaux de gueules.

Origine du nom: du saxon: HOLZ= bois HAM = habitation.

Simon d'OLEHAIN : Premier seigneur du nom, il aurait fait construire à partir de 1179 un premier château en bois.
A cette époque, la terre d'Olhain fait partie du Comté de Flandre, administrée par Philippe d'Alsace, vassal du roi de France.
Chaque seigneur devait défendre ses terres et arrêter les invasions des peuplades voisines à charge par lui de trouver dans son domaine les ressources nécessaires à l'édification du château fort et les hommes pour le défendre.
D'abord ces châteaux ne furent qu'un donjon, le plus souvent construit en bois, mais peu à peu, on voit s'élever de véritables forteresses destinées à héberger le seigneur, sa famille et ses biens et dans lesquelles, en temps de guerre, se réfugiaient les hommes et les soldats du seigneur et tous les habitants pouvaient y trouver abri.

Hugues D'OLHAIN : fait bâtir le deuxième château en 1202 et sa " baille " ou basse cour ,aujourd'hui transformée en ferme.
Il fallait passer trois ponts levis pour y pénétrer:Basse Cour ou  baille
- le 1° sur la rivière " la Blanche"
-le 2° devant la basse cour
-le 3° devant le château.

Hugues d'Olhain participe à la 4° croisade et sera armé chevalier au siège de Constantinople en 1204.

En outre, il octroie une charte au village en 1222. Le Maire représentait les habitants, il habitait une ferme au bois du Baillon.

Jean d'Olhain: fait construire en 1239 à Verdrel une chapelle dédiée à St Eloi.

Robert d'Olhain, qui suit est armé chevalier à ST Omer

Pendant la Guerre de Cent Ans, le château sera détruit et incendié .

Les murs extérieurs sont ceux de l'enceinte construite par Hugues d'Olhain.

Jean de Nielles, époux de " Marie d'Olhain " entreprend à partir de 1407, la reconstruction du château sous le règne de Charles VI.
Jean de Nielles, n'est pas issu de la noblesse féodale, il est licencié en droit et avocat au Parlement.
Dès 1394, il est conseiller du Duc de Bourgogne: Jean Sans Peur.
En 1401, il est en charge de la direction des finances ducales et devient Second Président de la Chambre des Comptes de Lille puis Chambellan du Duc et Gouverneur d'Arras en 1407.
PiquePar " grace especial " Jean Sans Peur accorde à " nostre armé et féal chevalier, conseiller et chambellan, Messire Jehan de Nieles, Seigneur d'Olehain, des chesnes de nos bois du Wault, jusques à la somme de soixante escus d'or, à iceulx prenre et avoir esdiz bois dedans deux ans prochain venant pour iceulx chesnes employer et convertir es esdifices de son hostel d'olehain".

La reconstruction du château peut commencer; les murs en grès de 2 à 3 m d'épaisseur seront montés sue pieux de chêne
Après l'assassinat de Jean Sans Peur en 1419, sur le pont de Montereau par Tanguy du Châtel conseiller du Dauphin, il garde la confiance de son fils Philippe le Bon qui lui succède. Cette fidélité à la cause bourguignonne fait aussi sa fortune et on le voit en 1412, prêter au trésor royal épuisé...

Sa pierre tombale de 1423 se trouve dans la cour intérieure du château.

Alix de Nielles épouse en première noce Jean de Récourt qui périra le 14 octobre 1415 avec nombre de chevaliers à Azincourt.

En 1418 elle épouse en secondes noces Jean De Berghes, Grand veneur de France, chevalier de la Toison d'Or ( la plus haute distinction de Bourgogne ). Le château passe dans la famille de Berghes et y demeure jusqu'en 1900.

Vers 1443, le château est doté d'artillerie par le breton Colin Le Verlet.

De 1521 à 1529, Charles Quint confisque le château. Philippe de Berghes appartenant au camp français, les Berghes ne pouvaient résider au château car ils étaient protestants. Revenus au catholicisme, ils rentrèrent en possession de leurs biens mais préférèrent résider ailleurs.

Vers 1634 sous louis XIII et Richelieu commence la guerre de 30 ans contre l'Espagne et l'Empereur d'Allemagne.chevalier

1639 : Prise d'Hesdin

1640 : Prise d'Arras.

En 1641 avec une soixantaine de fusiliers du Régiment de Champagne, le gouverneur d'Arras s'empare d'Olhain occupé par les espagnols.

En 1643, René de Berghes, capitaine du Régiment français de Rambures est tué au siège de Rocroi sous les ordres du Grand Condé.

En 1654, les espagnols reprennent le château et font sauter deux tours érigés côté jardin.

Vers 1700, Louise de Berghes épouse le comte d'Artagnan, gouverneur d'Arras ( cousin du célèbre mousquetaire du Roy ). Il serait enterré au milieu de la cour intérieure du château.

En 1710, le château est à nouveau assiégé puis occupé par les Hollandais au moment de la prise de Béthune.

Ruiné et incendié, le château sera restauré de 1830 à 1843 pour devenir la résidence d'été de la famille de Berghes. Cette restauration est l'œuvre de l'architecte de Bailliencourt. Vers 1840, on supprime la voûte du niveau inférieur de la tout sud. Le Duc Alphonse de Berghes St Winoc pair de France et son épouse la Princesse Gabrielle de Broglie y aménagent une chapelle. Elle contenait les reliques de Saint Constance, martyre romain que le Duc avait obtenues du Saint-Siège. Ces reliques se trouvent actuellement dans l'église de Fresnicourt sous le maître-autel

 

Gravure ancienne

Gravure la plus ancienne que l'on connaisse, réalisée par Philibert de Ranchicourt en 1793.

Le dernier seigneur , Pierre Marie de Berghes abandonne le château en 1870. Il n'y a pas d'héritier.

Le 26 mai 1900, le château est vendu à la famille Dartois dont la fille épouse Jules Dutoit aïeul de l'actuel propriétaire.

Mr Dartois recherchait avant tout une exploitation agricole; mais le contrat de vente comportait un certain nombre de clauses à respecter et les terres étant à vendre avec le château celui-ci était considéré comme un " fardeau ". Au fil du temps, les vieilles pierres livrèrent leur âme et se firent aimer...

Texte historique : M. Jean François Leroy, secrétaire général du Cercle Historique du Bruaysis

Ouvert au public  du 1er Avril au 30 juin et du 1er septembre 31 octobre: les dimanches et jours fériés de 15h à 18h30 et du 1er juillet au 31 août: le samedi et le dimanche de 15h à 18h30
Tarifs:     plus d'infos sur le site officiel     tél : 03.21.27.94.76

=> Site officiel du château d'Olhain  : son histoire et ses modifications au cours du temps, dates et horaires des visites ...
www.chateau-olhain.com/

 

chevalierDlance.gif (22809 octets)             chevalierGlance.gif (23798 octets)

panorama Artois

 

returner.gif (1353 octets)  Quelques vues du Château en 2006
 

returner.gif (1353 octets)  Quelques vues de la journée Médiévale au Parc Départemental sur les hauteurs d'Olhain ...

RETOUR MAGAZINE

Sommaire Patrimoine Bruaysis

 

 
 

Accueil | Sommaire | Culture | Patrimoine | Histoire | Nature | Dossiers | Liens | Translate | Plan | Carte | Contact
Copyright © 2000-2016 Nordmag Tous droits réservés.